Les Nouvelles de la Boulangerie

A propos de l’étiquetage des ballotins de chocolats

Dans le souci d’informer le consommateur, la réglementation impose un étiquetage des produits préemballés, comportant un certain nombre de mentions.

Il faut préciser que selon les dispositions de l’article R 112-1 du Code de la Consommation, une denrée préemballée est l’unité de vente constituée par une denrée alimentaire et l’emballage dans lequel elle a été conditionnée avant sa présentation à la vente, (en dehors de la présence de l’acheteur), que cet emballage la recouvre entièrement ou partiellement, mais de telle façon que le contenu ne puisse être modifié sans que l’emballage subisse une ouverture ou une modification.
Ce sont les dispositions des articles R 112-1 et suivants du Code de la consommation qui précisent notamment les informations à faire figurer sur l’étiquette :
– La dénomination de vente de la denrée et son état physique,
– La liste des ingrédients,
– La quantité nette,
– La DLUO (date limite d’utilisation optimale) ou la DLC (date limite de consommation),
– Le nom et l’adresse du fabricant,
– L’indication du lot,
– Le prix,
– Les allergènes (parmi les 14 allergènes majeurs) qui sont présents dans le produit.
Pour les produits non préemballés, les mentions d’étiquetage sont plus restreintes, puisque sont seuls exigés la dénomination de vente de la denrée et son état physique, et son prix.
Qu’en est-il du ballotin de chocolat ?
Celui-ci est souvent préparé à l’avance pour faciliter sa remise au consommateur. Est-ce une denrée préemballée ? Tout dépend de la façon dont l’emballage est clos. Si pour accéder au produit il faut détériorer l’emballage, le produit est considéré comme préemballé et par conséquent les règles d’étiquetage de ce type de produit sont à respecter. Si par contre, le ballotin n’est pas scellé, celui-ci est considéré comme un produit en vrac, et les obligations d’étiquetage sont celles d’un produit non préemballé.