Les Nouvelles de la Boulangerie

A quoi ressemblera la boutique de demain des artisans et commerçants des métiers de bouche ?

Pour tenter de répondre à cette question, l’Association des Métiers de Bouche et l’Espace Numérique Entreprises, spécialisé dans l’accompagnement des projets numériques d’entreprises, ont dévoilé leur stand Magasin du futur lors du Sirha 2013 qui s’est déroulé à Lyon du 26 au 30 janvier.

 

Pour la 1ère fois, le SIRHA a accueilli cet année le magasin du futur, en associant des entreprises innovantes du numérique et les professionnels de l’alimentation. Ce magasin du futur proposait aux visiteurs de découvrir ce que pourrait être la boutique des artisans et commerçants des Métiers de Bouche dans 5 ans.

Concrètement, qu’a-t-il été possible de découvrir sur le magasin du futur du Sirha ? « Par exemple, il est possible de voir des présentations de codes QR ou de puces NFC, pour donner de l’information additionnelle sur des produits » explique Florence Hautdidier, chef de projet de l’Espace Numérique Entreprises (ENE), avant de poursuivre : « Nous avons des tables interactives et des applications pour personnaliser et commander ses gâteaux, consulter les catalogues produits, des quizz pour mieux présenter les produits et/ou les savoir-faire des professionnels. Ou des vitrines interactives, qui permettent d’être ouvert 24h/24, 7/7. Il y a également des solutions pour mieux gérer les files d’attente, soit des écrans qui fournissent de l’information personnalisée en temps réel, mais aussi des solutions avec des tablettes, de façon à  ce que, lorsqu’il arrive en caisse, le panier du client soit déjà quasi-prêt. Ces technologies ne sont pas des prototypes, elles existent déjà dans d’autres secteurs, l’enjeu aujourd’hui est de s’en saisir pour pouvoir les adapter dans un contexte des métiers de bouche. »

Des visiteurs enthousiastes

Les visiteurs du Sirha ont ainsi pu découvrir et tester des technologies qui pourront leur permettre d’améliorer leur organisation, leur productivité, leur communication auprès du grand public et développer de nouveaux services. Dans cet espace scénarisant une boutique réelle, un parcours découverte a été crée pour l’occasion, ponctué de présentations didactiques des usages et technologies. « Nous nous sommes arrêtés sur ce stand car nous souhaitons faire évoluer nos boutiques, en essayant de communiquer davantage sur nos prix et notre façon de travailler. Et éventuellement mettre en avant que nous ne sommes pas plus chers que la grande distribution ! Là, on a une interactivité totale et très ludique des produits que l’on peut être amené à faire goûter, à présenter. Cela permet aussi d’avoir directement les contacts clients enregistrés sur la tablette » témoigne une commerçante des métiers de bouche.

Un financement régional

Financé par la Région Rhône-Alpes, le magasin du futur est piloté par la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat et l’UPA (Union Professionnelle Artisanale) Rhône Alpes, destiné à développer les compétences numériques des TPE situées sur son territoire. « Je pense que les commerçants intègrent de plus en plus le numérique dans leur pratique quotidienne, à la fois pour la gestion de leur stock que pour les relations avec leur clientèle. Nous voyons ici à travers un magasin du futur, combien le numérique participera d’une activité dont ils ne peuvent pas être absents ou exonérés. Il y a intérêt à s’initier le plus tôt possible » indique Jean-Jacques Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes. De son côté, Bruno Cabut, Président Syndicat boulangerie Rhône-Alpes et Vice-Président du Sirha a exprimé le souhait, à travers ce magasin du futur, de « capter un maximum de clients et de montrer que les métiers qui sont dits traditionnels ont une grande volonté tournée aussi vers l’avenir. Le développement du numérique pourra leur permettre d’être encore plus présent demain ».

Des partenaires technologiques triés sur le volet

Les six partenaires technologiques qui étaient présents sur le stand du magasin du futur pour présenter leurs produits numériques avaient, au préalable, répondu à un appel à candidature visant à identifier « les prestataires en mesure de proposer des solutions innovantes pour dynamiser les points de vente, en particulier dans le secteur des métiers de bouche » explique Florence Hautdidier de l’ENE. Parmi eux, l’entreprise Solatys, qui proposait aux visiteurs de découvrir une table interactive multitouche, un logiciel de reconnaissance visuelle et des quizz interactifs. « Je dois dire que nous avons été agréablement surpris par l’intérêt suscité autour de notre démonstration. En effet nous avons présenté une table interactive particulière ou nous avons pu montrer une interaction avec des objets. L’idée étant de pouvoir amener à l’utilisateur des informations relatives à un produit qu’il a entre les mains. Comment ? En déposant simplement cet objet sur la table et via une reconnaissance optique l’enrichir d’informations venant de toute part, par des photos, des vidéos, des articles, des recettes » témoigne Serge Caldera, le gérant de Solatys.

Boulangerie-pâtisserie : exemple d’un scénario entièrement possible

Il conclut par un exemple : « prenons l’exemple de la table interactive. Imaginons que ma boulangerie-pâtisserie me présente ses services et je vois que je peux configurer ma composition de pâtisserie, choisir mon emballage et éventuellement glisser un petit mot. Je me lance alors à la composition de ma commande. Je découvre alors une pâtisserie que je n’avais jamais gouté, mais je constate que je peux accéder à une description précise de ce nouveau produit me donnant envie de le prendre. On a suscité efficacement ma curiosité. De plus je constate que le boulanger-pâtissier me permet d’accéder à la recette d’un gâteau que j’ai toujours raté. Je prends mon téléphone et je peux alors scanner le QRCode de la recette et repartir avec. Je repars content, j’ai appris des choses, et je vais en découvrir de nouvelles ».

La boulangerie du futur ? Ca commence vraiment maintenant !

Myriam Blal