Les Nouvelles de la Boulangerie

Alexandre et Sébastien Fine : champions de l’esprit d’équipe !

Alexandre et Sébastien Fine.

Ces deux frères jumeaux sont les jeunes patrons d’une boulangerie à Serre-Chevalier. Leur complémentarité leur permet d’atteindre des sommets…

Ils ont eu le même coup de foudre pour la boulangerie lors d’un stage découverte en classe de troisième. « J’ai aimé l’ambiance, être la nuit dans cette boulangerie à l’ancienne avec son feu de bois… », se souvient Alexandre. « Et puis le côté créatif, le toucher de la pâte, on a accroché tout de suite », complète Sébastien. Après la troisième, ils partent en CAP, passent leur brevet professionnel (BP) et une mention complémentaire… Aujourd’hui, à seulement 21 ans, ils ont repris cette même boulangerie de Serre-Chevalier où ils ont découvert le métier. « L’occasion s’est présentée, nous nous sommes lancés ! », pointe Alexandre. Ils ont ouvert le 15 décembre 2017. Cette soif d’aller de l’avant, on peut dire qu’elle est dans leurs gènes…

Le défi de la boulangerie

Les jumeaux, qui pratiquaient intensément le ski de fond, avaient choisi de lever le pied pour se consacrer à leur cursus boulanger. « Les concours nous manquaient : l’entraînement, la rigueur…», confie Alexandre. Les deux frères s’inscrivent alors au concours régional d’un des Meilleurs apprentis de France (MAF), à Lyon ; ils sont tout deux reçus lors de la finale nationale, en 2014. Ils partent ensuite à Shanghai pour faire des démonstrations de boulangerie. Un beau parcours qui a plaidé leur cause lors de l’acquisition de leur fonds : « la banque nous a fait confiance, nous sommes dans une petite vallée, on se connaît tous… ». Ils ont aussi bénéficié d’un prêt à taux zéro Initiative France, du soutien de leur famille et… en avant ! « Nous avons tout refait à notre goût dans la boulangerie et, bien sûr, gardé le four à bois », explique Alexandre, qui s’occupe de la pâtisserie, tandis que Sébastien se consacre à la boulangerie. « Nous avons conservé quelques uns des pains spéciaux précédents, mais renouvelons aussi la gamme : pain tomates/olives, pains au levain… », précise ce dernier. Ensemble, ils ont développé le snacking (produits locaux comme la tourte au chou, sandwiches, etc.) ainsi que les gâteaux à l’année ; « avant, il n’y en avait qu’en saison (nous sommes dans une station de ski, ndlr.)», rappelle Alexandre.

Défi professionnel et compétitions sportives

Les deux jumeaux envisagent d’ici deux ans de se mesurer à la Coupe de France de la boulangerie en équipe ; « nous sommes déjà deux, et on se comprend », pose Alexandre, qui est aussi, en parallèle, champion de trail (course en pleine nature). Après le MAF, il a commencé à courir ; « après quelques mois, je me suis mis à gagner des courses locales ». On lui conseille alors de participer aux championnats de France. « Lors de ma première course nationale, j’ai gagné dans ma catégorie… Quand on voit qu’on peut jouer devant, ça motive ! ». Le 2 juillet 2018, il participe aux championnats d’Europe, puis aux championnats du monde. Entre temps, le voilà champion de France élite le 15 juillet ! En 2019, il participera aux championnats du monde en juin (42 km de course avec 2300 m de dénivelé positif), aux championnats d’Europe en juillet, aux championnats de France – pour défendre son titre – en août, aux championnats du monde (12 km) en novembre… Vaste programme ! Qu’il peut entreprendre grâce à son entraîneur, qui « habite à côté et adapte l’entrainement en fonction du travail à la boulangerie et des commandes ». Et surtout grâce à son frère.

Complémentarité fraternelle

« Pour moi, le travail en famille est un atout considérable ; c’est facile de se comprendre », observe Sébastien. Quand son frère part en compétition ou en stage de sport, Sébastien fait les pâtisseries à sa place. « Je commence à la même heure mais je finis plus tard et travaille l’après-midi pour préparer le lendemain. En saison, tout seul, c’est moins facile… », poursuit celui qui peut aussi compter sur leur mère, par ailleurs vendeuse à la boulangerie. « Elle vient faire du salé à ma place », ajoute Alexandre. « Je fais un sport individuel, mais j’ai toute une équipe derrière ! », reconnaît-il humblement. Sébastien s’est mis récemment à la course à pied ; « je me régale, mais à mon niveau j’y vais quand j’ai le temps ». Son objectif, c’est plutôt le prochain concours de la meilleure baguette de Tradition française. « C’est la première année que l’on va le faire, c’est mon défi à moi ». Après la Coupe de France envisagée par les deux frères, peut-être, dans quelques années, le concours MOF? Gageons que ce solide binôme ira loin.

Sophie de Courtivron