Les Nouvelles de la Boulangerie

Assises européennes du centre-ville. Rôle des commerçants et artisans de bouche dans la dynamique de nos centres-villes

L’association Centre-Ville en Mouvement a organisé les Assises Européennes du Centre-Ville à Strasbourg, dans l’hémicycle du Parlement Européen, les 28 et 29 juin, présidées par Laurent Sceaux, en présence Jean Rottner, Président de la Région Grand Est.

« Le dynamisme d’un centre-ville passe par les boulangers-bouchers-brasseurs-charcutiers-chocolatiers-fromagers-primeurs…. Mais aussi pâtissiers-poissonniers-restaurateurs », affirme la CGAD.

Durant deux jours, plus d’un millier de maires et d’acteurs de la ville venus de toute l’Europe se sont réunis pour faire émerger de nouveaux modèles pour les cœurs de ville. Au programme : des débats, tables rondes, ateliers pratiques et partages d’expériences pour questionner les défis de la ville de demain entre attractivité, diversité commerciale, nouvelles mobilités, urgence climatique, animation culturelle et densification.

La veille à l’Hôtel de Région s’est tenue une table ronde autour du rôle des commerçants et artisans de bouche dans la dynamique de nos centres-villes, en présence de :
Joël Mauvigney, président de la CGAD (Confédération Générale de l’Alimentation en Détail)
Dominique Anract, président de la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Francaise, Jean-François Drouin, président Syndicat National des Brasseurs Indépendants,
Thierry Lalet, président Confédération des Chocolatiers et Confiseurs de France,
Claude Maret, président de la Fédération des Fromagers de France,
Jacqueline Riedinger Balzer, vice-présidente de la Confédération Française de la Boucherie, Christel Teyssèdre, présidente de Saveurs Commerce, et de Christian Beraud, Maire d’Arpajon.

Réalisé en partenariat avec l’association Centre-Ville en Mouvement et le Ministère de la Cohésion et des Territoires, le 7ème Baromètre du Centre-Ville et des Commerces (CSA) a été présenté valorisant le top 3 des commerces que veulent en priorité les Français dans leur centre-ville : boulangerie (80 %), pharmacie et boucherie-charcuterie.

Les métiers de bouche étaient présents pour réaffirmer que le dynamisme du centre-ville passe notamment par eux !

Les délégations européennes ont été accueillies par les élus français suivi d’un cocktail offert par les Fédérations professionnelles, réunies par la CGAD, autour de spécialités françaises des commerçants et artisans de bouche. Merci à Jérémy et Elodie de la Boulangerie-Pâtisserie de Strasbourg pour leur buffet !

Le président de la CNBPF est intervenu sur la proximité et le lien social lors de cette table ronde ;

« Les entreprises alimentaires de proximité sont des entreprises dites de quotidienneté qui contribuent tout particulièrement au lien social et permettent, de par la nature même de leur activité, le maintien des populations », a t-il affirmé.

Chaque jour, plus de 12 millions de consommateurs poussent la porte d’une boulangerie et le fait maison fait partie de leurs exigences quotidiennes.

Les valeurs de convivialité et de partage, le caractère populaire et le lien social et familial véhiculés par la baguette de pain, rendent ses savoir-faire et sa culture dignes d’être reconnus par l’UNESCO !

Et de déclarer : « La force de la baguette, incluant le pain et le lieu de la boulangerie, c’est le lien social et culturel très fort : c’est la baguette qu’on va chercher tous les jours, c’est la première course confiée à un enfant, c’est le premier quignon qu’on lui donne à grignoter, c’est l’importance d’avoir une boulangerie à proximité de chez soi (entre sept à dix minutes de son domicile en moyenne en France).

Le commerçant de proximité s’est transformé en acteur local essentiel, composant majeur du tissu économique national. »

Les deux confinements ont rappelé cruellement l’importance du service, de la relation humaine au sein des commerces et leur rôle d’animation du tissu urbain.

Et de conclure en 2019, évoquant l’enquête CGAD CSA) : La boulangerie est le commerce considéré comme indispensable pour les Français (90 %).

« Les commerces alimentaires de proximité bénéficient d’une très bonne image. Ils considèrent en effet que leurs artisans, commerçants et restaurateurs dynamisent et animent les territoires (90 %) et qu’ils sont créateurs de lien social (87 %) », a déclaré le président Anract.