Les Nouvelles de la Boulangerie

Au Futuroscope : Ils viennent à Univers Boulangerie les 14 et 15 octobre. Et vous ?

Univers Boulangerie est devenu au fil des années, le rendez-vous incontournable de la Boulangerie-Pâtisserie, deux journées de débats, d’atelier, de conférences et de réflexion sur l’avenir de la profession. (Voir le programme détaillé dans notre édition du 1er septembre)

 

Nous avons recueillis les avis de boulangers et boulangères fidèles à ce rendez-vous et d’autres qui s’y rendent pour la première fois. Leurs opinions sont plus qu’éloquentes sur ce grand rassemblement.

Comme eux, accordez-vous un temps pour la réflexion, prenez un peu de recul vis-à-vis de votre entreprise en participant les 14 et 15 octobre à Univers Boulangerie.

Vous avez encore quelques jours pour vous inscrire. Il reste encore des places.

Il vous suffit de découper le bon d’inscription figurant ci-dessous et de l’envoyer à la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie, à l’adresse indiquée.

 

Ce qu’ils en disent

Frédéric et Isabelle Hardy, Boulangers à Reims 

Frédéric  et Isabelle Hardy sont des fidèles d’Univers Boulangerie puisque les 14 et 15 octobre, ils y seront pour la 3e fois. Ils se sont connus alors qu’ils étaient salariés chez le même patron, elle comme vendeuse en boulangerie, lui comme ouvrier.

Et en 1995 ils ont décidés de se mettre à leur compte en reprenant une affaire dans les Yvelines, à Nezel. Et en 2004, ils sont revenus dans leur région d’origine en achetant une boulangerie à Reims. Une affaire qu’ils ont rénové en refaisant d’abord la boutique et plus récemment le fournil. Ils ont aussi développé le rayon sandwichs et la gamme de pains spéciaux. Aujourd’hui, ils emploient 6 salariés et forment des apprentis.

« Univers Boulangerie est un  rendez-vous que nous ne voulons pas manquer », souligne Frédéric. « Cela nous donne l’occasion d’avoir de bons échanges avec d’autres boulangers, de rencontrer des équipementiers et d’autres partenaires de la profession. C’est aussi très intéressant d’avoir l’avis de personnes extérieures à la profession sur notre métier. Cela nous ouvre des horizons et nous informe sur les nouvelles tendances et les créneaux porteurs pour l’avenir. Et comme nous sommes fermés le dimanche après-midi et le lundi, notre absence ne perturbe pas l’entreprise. Après le travail du dimanche matin, nous nous échappons en laissant au personnel, le soin de fermer la boutique ».

 

Jean-Maurice et Mireille Monnier, Ille-et-Vilaine (35)

« Nous avons modifié notre planning de travail pour pouvoir participer à Univers Boulangerie 2012 cette année. Nous ne souhaitions en aucun cas rater le grand rendez-vous professionnel annuel de la boulangerie, comme l’année dernière. Le programme des interventions du salon, qui conjugue la vision du métier des intervenants et qui met en avant l’avenir de la profession, nous a donné envie de nous déplacer avec mon épouse et co-gérante Mireille. » Passionné par son métier et amoureux du bon pain, Jean-Maurice rêvait depuis longtemps de remettre « la main à la pâte ». « La boulangerie est un domaine que je maîtrise », dit-il. « Boulanger de métier, j’ai eu l’occasion de suivre un parcours riche et varié comme commercial, technicien R&D et directeur d’un centre de formation chez les Compagnons du Devoir. Mireille, quant à elle, a participé pendant dix années au développement commercial d’une marque bio. « C’est ainsi que j’ai découvert le monde de la boulangerie », explique-t-elle. Mon expérience dans la meunerie m’a permis d’acquérir une bonne connaissance des farines et des produits de boulangerie. » Forts de leurs expériences professionnelles variées, Jean-Maurice et Mireille décident alors de créer leur propre entreprise : un concept en boulangerie artisanale liant plusieurs activités, avec l’objectif de créer d’autres points de vente à moyen terme. C’est chose faite en 2012, avec la création de leur première boulangerie, Le Fournil de la Grange. En plus des activités restauration et salon de thé, le Fournil de la Grange propose à ses clients une partie « coin du marché », à la suite de partenariats menés avec les producteurs locaux de fruits, légumes, crèmes et œufs. L’entreprise tourne actuellement avec quatre apprentis et une dizaine de salariés, elle recherche également un cuisinier pour la rentrée…l’appel est lancé !

 

Eric Launay, Indre-et-Loire (37)

« C’est ma première participation à Univers Boulangerie cette année. Il faut dire que les dates arrivent au bon moment cette année, je me suis arrangé pour être en vacances à ce moment-là, et disponible pour me rendre au Futuroscope de Poitiers. Le président de la fédération des boulangers-pâtissiers d’Indre-et-Loire, Jean-Claude Raoul est un visiteur régulier d’Univers Boulangerie et m’en a énormément vanté les mérites. Les interventions et débats qui auront lieu durant deux jours m’intéressent tout particulièrement et ont motivé mon inscription à ce rendez-vous de la boulangerie française. La présence de la ministre Sylvie Pinel, de boulangers originaires de département variés, ainsi que de présidents de la filière va me permettre de me tenir à jour de l’actualité de mon secteur professionnel. »

 

Eric et Gisèle Girardo, Var (83)

« La boulangerie est en pleine mutation ces dernières années, il n’est plus possible de se limiter seulement à la viennoiserie classique car les consommateurs sont en attente de nouveaux produits tels les sandwichs, salades, boissons. Leurs exigences sont plus développées, ils deviennent de plus en plus attentifs à la traçabilité des produits. L’ensemble de ces réflexions, enjeux et questions d’actualité seront abordés lors d’Univers Boulangerie 2012. C’est justement ce qui me motive à me déplacer avec mon épouse. Je le répète, la boulangerie est en mutation, il faut s’attendre à des changements de taille ces cinq prochaines années. La petite boulangerie classique ne fait plus le poids, il faut être prêt au changement et solide pour résister à la concurrence industrielle. Il faut faire preuve de diversité sur les produits salés, je le vois au quotidien : en réintégrant les cakes salés, en proposant aux clients des formules du midi avec des salades et des sandwichs, il devient nécessaire de se tourner vers le snacking pour durer. J’emploie aujourd’hui une équipe de 80 salariés dans mes quatre boulangeries où l’ensemble de nos produits sont réalisés sur place, y compris le chocolat et la glace. »