Les Nouvelles de la Boulangerie

Blé tendre : des volumes en repli mais de bonne qualité

Après un début d’année sec, le manque de pluie s’est poursuivi au printemps, doublé de températures anormalement élevées. Ces conditions climatiques exceptionnelles ont conduit à une disparité inédite des rendements pour la plupart des grandes cultures. La qualité de la récolte française 2022 permettra néanmoins de répondre aux attentes des marchés.

Ainsi, selon le Service de la Statistique et de la Prospective (SSP) du Ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, la production de blé tendre est estimée à 33,9 Mt (millions de tonnes), en baisse de 3 % par rapport à la moyenne quinquennale. Les régions du grand quart nord-ouest affichent toutefois des rendements proches ou supérieurs à la moyenne quinquennale. De fortes disparités locales sont observées suite aux stress hydrique et thermique, et ponctuellement, suite aux épisodes de gel et de grêle. Côté qualité, les teneurs en protéines sont élevées à très élevées au sud du pays. Sur la moitié nord, elles sont généralement satisfaisantes, autour de 11 % en moyenne, mais très hétérogènes. Les poids spécifiques sont variables, mais restent généralement aux niveaux attendus par les marchés. Ils sont élevés à très élevés dans le tiers nord de la France. Malgré les épisodes orageux intervenus au moment de la récolte, les indices de chute de Hagberg sont compatibles avec un usage en alimentation humaine dans la plupart des cas. Les teneurs en eau des blés à la récolte sont plus basses qu’à l’accoutumée sur l’ensemble du territoire, ce qui constitue un atout pour la conservation du grain.