Logo Les Nouvelles de la Boulangerie

Non, la boulangerie artisanale n’est pas en voie de disparition, bien au contraire !

La Confédération de la Boulangerie réagit à un article pouvant laisser croire que le nombre de boulangeries artisanales décline en France.

Un article mis en ligne le 30 mai dernier sur le site Internet du quotidien Les Echos, sous le titre « Les artisans boulangers bousculés par les industriels », pourrait laisser à penser que le nombre de boulangeries artisanales est en diminution.

L’auteur de l’article s’appuie sur le dernier baromètre des défaillances d’entreprises publié par la société Altarès selon lequel, dans le secteur agroalimentaire, un tiers des sociétés placées en liquidation ou redressement judiciaire au premier trimestre 2017 sont des boulangeries-pâtisseries.

La Confédération de la Boulangerie a immédiatement réagi en adressant sur le champ un communiqué signé de son président, Jean-Pierre Crouzet (voir ci-dessous), à l’AFP. Il en effet important de savoir que le nombre de boulangeries-pâtisserie en France, non seulement n’est pas en recul, mais, au contraire, augmente, avec un solde positif de créations en 2016 de 304 entreprises ! Corrélativement, le nombre d’emplois dans le secteur de la boulangerie progresse (+ 2 % entre 2015 et 2016). Depuis, l’article des echos.fr a été modifié pour intégrer les éléments d’informations communiqués.

Communiqué envoyé par Jean-Pierre Crouzet à l’AFP* le 31 mai

Note relative aux statistiques de défaillances, de créations d’entreprises et d’emplois dans la boulangerie-pâtisserie (code NAF 1071 C) pour les années 2014-2015 et 2016

A partir d’éléments fournis par l’Institut Supérieur des Métiers –ISM- (défaillances d’entreprises, source Banque de France et créations d’entreprises, source INSEE), la Confédération Nationale de la Boulangerie et de la Boulangerie Pâtisserie Française constate que, pour 2016, le solde net entre les créations (1 341) et les défaillances (1 037) d’entreprises, montre un résultat positif de 304.

Elle note également, s’agissant des emplois dans la branche, un accroissement des emplois entre 2015 (123 334) et 2016 (125 654), source AG2R.

La note de l’ISM souligne que la moitié des défaillances concerne les entreprises sans salariés, liées sans doute à leur fragilité financière. Enfin, elle souligne une plus grande fragilité des entreprises rurales par rapport aux entreprises urbaines.

*Agence France Presse