Logo Les Nouvelles de la Boulangerie

Bragard n’est plus à vendre

Machine arrière toute ! Alors qu’à l’été 2013, le groupe scandinave kwintet envisageait de vendre ses deux filiales françaises Bragard et Lafont, le leader européen du vêtement de travail a décidé le 4 juillet 2014, de conserver ces deux entreprises leaders en France sur leur marché.

« Les années 2012 et 2013 ont été des années compliquées pour le marché du vêtement de travail, avec notamment une baisse de 10% en 2013. L’année 2014 ayant bien commencé, avec une amélioration des résultats de 6%,  la valorisation que l’on pouvait souhaiter de  Bragard n’était pas à la hauteur des attentes du groupe et il était hors de question pour nous, de brader le fleuron français du vêtement des métiers de la gastronomie » indique Frédéric Vieil pour expliquer ce changement de stratégie. Le Directeur Général Bragard et vice-président de Kwintet précise que « la volonté du groupe a toujours été de maintenir cette marque historique dans son environnement d’origine à Epinal. Début 2014, nous nous sommes installés dans de nouveaux locaux : un bâtiment logistique  qui s’étend sur 12 000 m² et 1700 m² de bureaux situés dans le centre d’affaires ».

A propos de Kwintet et de Bragard 

Kwintet, leader européen du vêtement de travail d’origine Danoise, réalise 600  millions d’euros de chiffres d’affaires en 2013 et emploie 2500 personnes dans le monde. Il appartient au fond d’investissement IK et s’est constitué au fil des années par des acquisitions d’entreprises, achetant Bragard en 2007.

Bragard réalise un chiffre d’affaires de 48 millions d’euros dont 15 millions à l’exportation qui expliquent son succès à l’international lié à la renommée de la gastronomie française.

Bragard est la marque emblématique des vêtements de travail des métiers de bouche. Sa renommée remonte à 1977, avec la création de la veste Grand Chef de Paul Bocuse. Au fil de temps Bragard est devenue la marque de référence des métiers de la cuisine, pâtisserie, boulangerie, boucherie, chocolaterie, hôtellerie, restauration…

L’entreprise a axé sa reprise sur l’innovation, en créant des produits techniques, des vêtements au look moderne, porteurs d’image de marque. Le lancement de sa boutique en ligne, fin décembre 2013 lui a permis d’enregistrer 6 000 clients dont 83% de nouveaux clients.

« Cette nouvelle stratégie d’approche client nous a permis de conquérir des parts de marché et ce dans un marché en stagnation » souligne Frédéric Vieil.

Aunis