Les Nouvelles de la Boulangerie

CAP à l’INBP 4 mois et demi de préparation intensive

Arrivés mi-janvier à Rouen, ils passaient leurs dernières épreuves du CAP début juin, là même où ils avaient été formés : à l’INBP. Motivés, ils l’étaient, d’autant plus qu’ils savaient que la préparation de courte durée, quatre mois et demi seulement, nécessiterait un fort engagement. Panorama de ces dernières promos.

INBP, une adresse incontournable
Pour qui veut engager une reconversion professionnelle dans des métiers de bouche ou diversifier ses compétences en la matière, l’INBP demeure l’adresse incontournable. Qui plus est cette année, car pour la première fois, trois possibilités s’offraient aux stagiaires adultes : préparation au CAP boulanger ou pâtissier ou chocolatier confiseur.

Des préparations conçues sur le même format
D’une durée de quatre mois et demi, les programmes prévoient tous un module professionnel obligatoire de 600 heures. Seules les répartitions horaires changent, selon le CAP visé. Au programme : pratique, techno, sciences appliquées à l’alimentation, hygiène et environnement éco, juridique et social de l’entreprise pour tous, plus cours de dessin pour les pâtissiers et chocolatiers confiseurs. Le module d’enseignement général est optionnel, car des dispenses sont accordées à tous ceux qui possèdent déjà au moins un diplôme équivalent. En fin de formation, un troisième module « Gestion d’une boulangerie-pâtisserie » s’adresse aux porteurs de projet de création ou de reprise.

Un diplôme maison réputé
En quatre mois et demi, les stagiaires sont soumis à de nombreuses épreuves notées, tant en pratique que dans toutes les autres matières. Trois périodes d’évaluation sont organisées, plus un examen blanc qui permet de recréer les conditions du grand jour. En obtenant une moyenne de 12 sur 20 à l’ensemble, les stagiaires assidus repartent avec le diplôme INBP, qui jouit d’une bonne reconnaissance auprès des professionnels (60% l’ont obtenu en juin). Les résultats du CAP ne sont pas encore proclamés.

Panorama des dernières promos
En janvier, 6 promos étaient accueillies : 3 en boulangerie, 2 en pâtisserie et une toute nouvelle en chocolaterie confiserie. Les 93 stagiaires avaient en moyenne 32 ans (le senior 55 et le benjamin 18). Issus pour moitié du secteur alimentaire, les autres venaient du secteur industriel ou des services. Les femmes représentaient un quart des effectifs. Si un tiers possédait déjà au moins un CAP à l’entrée, un quart détenait au moins un BP ou un BAC, et un autre quart avait un niveau supérieur à Bac +2. 90% d’entre eux ont formulé leurs objectifs à l’entrée en formation : en numéro 1, l’installation en France, suivie de l’accession à un emploi en France ou à l’étranger. Quelques projets étaient déjà bien dessinés, tels que fabrication de pain dans un moulin touristique, création d’une fabrique artisanale de chocolats, ouverture d’une pâtisserie chocolaterie au Pérou, d’une boulangerie- pâtisserie aux Etats-Unis ou encore vente sur le marché de pains «bio » au levain cuits au four à bois. Enfin, certains rempileront en formation pour obtenir une double qualification. À tous, bonne réussite !