Les Nouvelles de la Boulangerie

Élections aux Chambres de Métiers et de l’Artisanat

Mobilisez-vous et votez !

CMA France : une alliée du quotidien

Chaque jour, les Chambres de Métiers et de l’Artisanat (CMA) œuvrent en faveur des 1,3 million d’entreprises artisanales que compte la France. Accompagnement de la vie des entreprises artisanales de leur création jusqu’à leur transmission, formation des chefs d’entreprises, de leur conjoints, collaborateurs et apprentis, appui à la rédaction des contrats d’apprentissage et de leur suivi d’exécution… les missions du réseau des CMA sont multiples, en faisant un véritable allié du quotidien au service des artisans. Un allié qui nécessite la mobilisation et l’engagement de tous, notamment à l’occasion des élections des conseillers consulaires d’octobre prochain avec un seul et même objectif : que la voix des artisans reste forte et continue d’être entendue !

Dans les premières décennies du XXe siècle, la volonté d’institutionnaliser l’artisanat français s’est amorcée, aboutissant à la loi du 26 juillet 1925, fondatrice des Chambres des Métiers. Dès cette époque, ces établissements publics étaient chargés de « sauvegarder les intérêts professionnels et économiques des métiers » et de « participer à l’organisation de l’apprentissage » pour faire face à une industrie grandissante. Quatre-vingt-dix ans plus tard, l’artisanat est devenu un secteur économique majeur avec ses 1,3 million d’entreprises artisanales, ses 3,1 millions d’actif représentant 250 métiers et 510 activités artisanales, pour un chiffre d’affaires de 300 milliards d’euros. Ainsi, au fil du temps, l’artisanat est devenu un formidable potentiel de croissance, synonyme d’innovation et d’emplois qualifiés qui lui vaut l’appellation de « première entreprise de France ». Un bilan plus que positif dans lequel le réseau des CMA trouve toute sa place.

Par et pour les artisans

Il faut dire que les entreprises artisanales et les CMA partagent le même ADN puisque ses administrateurs élus sont eux-mêmes des artisans issus des organisations professionnelles de quatre secteurs : alimentation, bâtiment, fabrication et services. Grâce à ce « tronc commun » et cette expérience partagée, les Chambres de Métiers et de l’Artisanat métropolitaines et d’outre-mer – établissements publics d’État sous la tutelle du ministère de l’Économie et des Finances – inscrivent leur action dans une relation de proximité avec les entreprises artisanales. Elles les soutiennent dans leur développement tout au long de leur vie, depuis la détection d’un projet, la création, le développement, jusqu’à la transmission de l’activité, en proposant une offre globale de services performants qui permet aux artisans d’optimiser leur savoir-faire et la compétitivité de leur entreprise. Se faisant, les CMA sont des acteurs de proximité incontournables dans le développement et l’aménagement des territoires. En effet, elles interviennent en appui des politiques publiques de l’État, des pouvoirs publics locaux et des collectivités pour définir et mettre en œuvre les projets d’implantation, de préservation, de développement et de valorisation des entreprises artisanales et de l’artisanat. Ainsi, chaque année, 800 opérations de développement de l’artisanat sont conduites en partenariat avec les collectivités.

Pour entretenir cette dynamique, le réseau des CMA travaille avec de nombreux partenaires comme les organisations professionnelles, les banques, les assurances, l’ADEME, les Agences de l’eau, ou encore les Pôles d’innovation pour l’artisanat… Ces multiples collaborations permettent d’apporter un accompagnement aux chefs d’entreprises en termes de diagnostic-conseil, formation et valorisation : stratégie d’entreprise, transition numérique, développement commercial et export, développement durable pour la maîtrise des flux et de l’énergie, accès au financement des projets d’investissement, gestion des ressources humaines… Les domaines d’intervention ne manquent pas et couvrent une grande partie des besoins et demandes des entreprises artisanales.

Un maillage national

Pour ce faire, les CMA s’appuient sur un maillage national qui a été réformé en début d’année. En effet, depuis le 1er janvier 2021 et en application de la loi du 22 mai 2019 relative à la croissance et la transformation des entreprises, dite loi Pacte, le réseau des CMA s’est régionalisé. Il compte dorénavant une tête de réseau appelée CMA France, établissement national en charge du pilotage des réseaux et 20 CMA, contre 89 précédemment. Concrètement, il n’y a donc plus qu’un seul établissement public administratif par région, avec plusieurs sites. Ainsi, malgré le caractère centralisateur de cette réforme, CMA France maintient une présence importante sur l’ensemble du territoire national avec 300 points de contact, 11 000 collaborateurs et 2 500 élus, garantissant ainsi la conservation du niveau de proximité et de dialogue institutionnel dans les territoires au niveau départemental. Sur le terrain et en chiffres, ce sont un million de personnes reçues dans les CMA chaque année, l’accompagnement de 190 000 porteurs de projets et 140 000 apprentis formés.

Acteur de la formation

Car l’une des forces des CMA, c’est assurément leur place stratégique dans la formation auprès des publics les plus jeunes, mais aussi les adultes, notamment pour les personnes en reconversion ou en recherche d’emploi. Ainsi, le réseau ne compte pas moins de 112 CFA (Centre de Formation des Apprentis) regroupant 5 000 formateurs. Ils proposent aujourd’hui plus de 65 diplômes élaborés avec les organisations professionnelles pour répondre aux besoins des entreprises artisanales en termes de main-d’œuvre qualifiée. À la pointe de l’innovation pédagogique, ces formations intègrent dans leur cursus les nouvelles technologies et techniques avec un enjeu : mieux préparer les professionnels de demain.

Accompagnateurs des artisans et de leurs entreprises, acteurs de la formation des artisans de demain et de l’aménagement des territoires, partenaires privilégiés des organisations professionnelles et des pouvoirs publics locaux, nationaux et européens, les CMA font feu de tout bois pour défendre les intérêts des artisans, accompagner leurs entreprises et former les futures générations. Il est donc du devoir et de la responsabilité de chacun de voter, voire de s’engager, pour que l’artisanat demeure « la première entreprise de France ».

Entreprise… L’heure est au numérique !

Dans le cadre de France Relance, les pouvoirs publics ont mis en place un financement de 3 millions d’euros pour le lancement des diagnostics numériques pour les TPE et les PME, piloté par la Direction générale des entreprises via l’initiative France Num, CCI France et CMA France.

Ce diagnostic permet d’évaluer la maturité numérique des entreprises, et donc de leur activité, pour entamer leur transformation numérique en élaborant un plan d’action individualisé et adapté. Réalisé en présentiel ou à distance selon les contraintes du chef d’entreprise par les conseillers consulaire, il aborde l’ensemble des thématiques liées au numérique.

Au cours des quatre derniers mois, le réseau des CMA France en a ainsi réalisé plus 5 000.

En parallèle, elles ont également mené plus de 10 000 autodiagnostics numériques. Ce dispositif accessible sur le site autodiag-num.artisanat.fr permet à un artisan de faire le point rapidement et d’obtenir, en dix minutes seulement, un récapitulatif des axes d’amélioration pour la numérisation de son entreprise : vente en ligne, meilleure visibilité sur le web, optimisation du référencement, démarches commerciales, logiciels de gestion de la relation client…Un compte-rendu permet ensuite de dessiner les pistes de progrès et de prioriser les actions. Comme le souligne Joël Fourny, président de CMA France : « Accompagner, informer et aider, les chefs d’entreprise artisanale dans leur quotidien est l’essence même de notre raison d’être ! »