Les Nouvelles de la Boulangerie

Étiquetage et pancartage : tirez-en avantage !

Prix, composition, caractéristiques, infos publicitaires… l’étiquetage et le pancartage doivent répondre au besoin d’information du client, mais aussi mettre en valeur les produits et participer à l’ambiance du magasin. Aussi, faut-il y prêter une attention particulière. Conseils et astuces.

Les différents supports d’information

Pour transmettre des informations en magasin, il existe 3 types de supports, du plus petit au plus grand :

– L’étiquette : de petites dimensions, portant une courte inscription, elle permet d’identifier l’article ou son prix. Imprimée ou pas, elle est apposée près ou au-dessus du produit à vendre mais jamais plantée dedans.

– La pancarte : de taille moyenne, elle signale les familles de produits, les thèmes… Elle peut constituer le fil conducteur de la gamme de saison, indiquer par exemple le thème de l’étalage.

– L’affiche : de plus grande taille, fixée à un mur ou une paroi, elle est visible au premier regard. Elle peut être réglementaire ou publicitaire. Les meuniers et les groupements professionnels vous en proposent souvent, toutes prêtes à afficher. Les techniques d’affichage seront abordées ultérieurement dans un prochain article.  

L’étiquetage

Quelle que soit l’ambiance de votre magasin, l’étiquetage doit être dans la continuité de votre image et donc aussi soigné que le reste de la boutique.

L’étiquette doit avoir une taille proportionnée à celle du produit, être nette et comporter une écriture lisible par tous. Évitez le gothique ou les écritures trop fantaisistes. Le plus lisible est l’écriture « bâton ». Si elles sont réalisées à la main, faites en sorte que les écritures soient régulières : les différences de graphies selon les vendeurs ne font pas bon effet ! Évitez les écritures ou les cartons de couleur pour les étiquettes des gâteaux qui sont déjà colorés. Trop de couleurs donnent la nausée… dommage pour un lieu gourmand ! Surtout pas de couleurs flashy, trop agressives ! Le plus efficace est d’écrire en noir sur carton blanc ou en blanc sur carton noir. Si vous souhaitez investir, il existe des logiciels d’impression sur étiquettes plastiques personnalisables. Évitez également les dessins trop marqués et la surcharge dans le graphisme.

Côté supports, les possibilités offertes par les fournisseurs sont multiples : support à étiquette à clipper, socle plastique à fente, chevalet ou pied à pince… Mais on peut créer soi-même des supports originaux. Par exemple, on peut utiliser un trombone déplié de façon à former un petit chevalet sur lequel fixer l’étiquette, ou bien détourner les ardoises à piques des fleuristes qu’on plantera dans les panières : des noires à écrire à la craie ou des blanches à écrire au stylo. Les fournisseurs spécialisés proposent également des ardoises à piques effaçables et réutilisables.

Pour un côté décalé, on peut penser à des bouchons en liège couchés avec une fente, des pinces à linge couchées, des briques Lego en couleur, des pinces à dessin, des boules de Noël, des fourchettes pliées en deux avec le prix glissé entre les dents… N’hésitez pas à raconter une histoire à travers votre étiquetage, cela montrera votre pouvoir de créativité.

Le pancartage 

Les mêmes principes doivent guider l’élaboration de vos pancartes : simplicité alliée à inventivité et respect d’une unité dans tous les supports de communication.

Le pancartage peut être utilisé pour mettre en valeur les produits, en présentant notamment la thématique du moment. On peut aussi y inscrire des citations, qui feront sourire vos clients, comme ce proverbe champenois : « le pain et le vin sont le commencement d’un festin » ou tout simplement le « petit mot du patron ».

Si vous souhaitez mettre en avant un produit, évitez l’expression « produit du jour » qui peut porter à confusion : « Produit du jour, ah oui ? Et les autres, ils sont de quand ? » Optez plutôt pour une formule du type « aujourd’hui, la maison vous propose » qui établit une proximité avec le client, ou bien mettez en avant un membre de votre équipe de vente : « (Prénom de la vendeuse) vous propose ».

Fabienne Mouillet, Cathy Picarelli, formatrices INBP