Les Nouvelles de la Boulangerie

Faites passer le message

La rentrée est l’occasion de prendre de bonnes résolutions concernant son entreprise et, en tant que dirigeant, d’interroger ses pratiques managériales. La communication interne est un point à travailler particulièrement car des difficultés de compréhension entre le manager et son équipe peuvent engendrer insatisfaction et démotivation.

Parfois, vous donnez une directive et vous êtes déçu par le résultat obtenu. Pourquoi ? Il faut se demander : « Ai-je bien fait passer la consigne ? Exprimé mon souhait ? Aussi, est-ce que j’adopte la bonne méthode de management avec mon équipe ? Suis-je trop directif ou autoritaire par exemple ? Voici donc quelques erreurs à ne pas commettre.

Vouloir tout contrôler et imposer sa manière de faire : si vous êtes souvent déçu après avoir passé une consigne, c’est que vous attendez qu’elle soit exécutée d’une manière très précise, selon votre méthode à vous. Or, une équipe est constituée de personnes aux expériences multiples et capacités différentes. À quoi sert d’avoir engagé toutes ces personnes si vous ne leur donnez pas la possibilité d’exprimer leurs talents divers ? De plus, il n’y a pas qu’une façon de faire, mais une multitude. Ce qui compte, c’est le résultat final, peu importe la manière de l’obtenir.

Recadrer brutalement entre deux portes, devant les collègues. D’abord, si les règles ont été explicitement établies en amont, il y a juste besoin d’un simple rappel. Ensuite, si la situation nécessite une mise au point plus approfondie, il vaut mieux prendre le salarié à part afin de lui expliquer en détails ce qui ne va pas dans son comportement et comment à le rectifier. Les jeunes générations en particulier (générations Y et Z) n’acceptent pas les remontrances trop abruptes.

Répondre immédiatement à toutes les sollicitations. Être assailli par une multitude de questions de la part de vos employés, qui s’ajoutent à celles de vos fournisseurs, voire de vos clients, est chronophage, stressant et perturbe le fonctionnement de votre travail sans cesse entrecoupé. Dans la précipitation, vous ne prenez pas non plus le temps de réfléchir à la bonne réponse à apporter. Aussi, pour ne pas être sur tous les fronts à la fois, n’hésitez pas à déléguer certains encadrements. Pour les petits « réglages », désignez un référent dans votre équipe et réservez-vous la gestion des plus gros problèmes. Au lieu d’y répondre de suite, proposez à vos salariés, une plage horaire sur la journée ou la semaine pour en parler.

Rester dans l’informel concernant les changements dans l’entreprise. Par exemple, les arrivées et départs des collaborateurs, c’est à vous de les annoncer. Évitez « radio pétrin », toujours très branchée… Ne rien dire est source de rumeurs et spéculations.

Ne pas prendre son temps lorsqu’on accueille un nouveau salarié. Même si vous avez un besoin urgent de recruter, prenez le temps d’expliquer le fonctionnement de l’entreprise et de préciser clairement vos attentes avant de mettre la personne progressivement en situation. Ne cherchez pas à la tester de suite un jour de grande affluence ! Dans le cas contraire, elle risque de se démotiver, voire d’abandonner ! Et il faudra alors recommencer la procédure de recrutement…

Prendre tout trop à cœur, en faire une affaire personnelle. En tant que chef d’entreprise, vous êtes exposé aux critiques, pas toujours justifiées, et en tant qu’humain, vous pouvez en souffrir. Mais il est nécessaire de contrôler vos émotions et de ne pas trop vous impliquer personnellement : cela reste un travail. Ainsi, non seulement vous vous préserverez, mais vous garderez votre objectivité face aux collaborateurs : limitez-vous aux directives précises, aux explications professionnelles sans affect, ni réactions excessives dues à l’émotion.

Voilà quelques erreurs à éviter afin de favoriser une meilleure transmission des informations et une bonne compréhension entre collaborateurs.

(Source INBP)