Les Nouvelles de la Boulangerie

Formation des élus. Des réunions en régions Pays de Loire, Bourgogne Franche-Comté et Ile-de-France

Une première réunion avait eu lieu le 10 septembre dernier, pour la Région Grand Est, présidée par Daniel Seyer, à Châlons-en-Champagne, animée par Dominique Anract, président de la Confédération nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française, et Xavier Casalini, son secrétaire général.

Une Journée de formation « Lobbying » avec l’ensemble des élu(e)s et permanent(e)s des Fédérations de la Région Pays de Loire, présidée par Patrice Bernard, s’est également tenue à Angers, le 10 janvier dernier en présence de Frédéric Brangeon, président de la Fédération des Artisans Boulangers-Pâtissiers de Loire-Atlantique, de la Vendée, de la Sarthe et du Maine-et-Loire.

Le 3 février, c’est la région Ile-de-France, présidée par Franck Thomasse, et les Hauts-de-France, présidée par Gilles Forret, qui se sont réunies à Ennery dans le Val-d’Oise.  Le 31 janvier avait lieu à Dijon, une même journée de formation pour les élus et les permanents des groupements départementaux pour la Bourgogne Franche-Comté, région boulangère présidée par Bruno Liégeon.

Au programme de cette journée de formation : lobbying, relations publiques, communication et relations avec les adhérents.

La matinée a été consacrée à la communication et les relations avec les adhérents. Les objectifs sont les suivants :

– Augmenter le nombre d’adhérents pour renforcer nos positions dans la promotion et la défense du métier et de nos valeurs ;

– Être un acteur incontournable dans les relations avec les pouvoirs publics.

Trois messages-clés ont été énoncés pour faciliter les adhésions :

Défendre et représenter la profession au niveau national ;

Faciliter le quotidien des boulangers ;

– Informer sur les évolutions législatives et réglementaires pouvant impacter la profession ;

– Proposer des conseils personnalisés en matière sociale, juridique, économique et fiscale, notamment en cas de litiges ;

Développer leur activité par des stages de formation en boulangerie, pâtisserie, vente et gestion ; participer à des actions collectives de promotion du métier (Fête du Pain, Galettes, salons, forum, concours …).

« Il faut mieux faire connaître les outils mis en place par la CNBPF, c’est fondamental », a déclaré le résident Anract, à savoir :

– Le pack Économique, fiscal et social (chiffres clés, CCN, assurance, Regain) ;

– Le pack Réglementaire (affichages obligatoires, contrôles périodiques, contrat de travail type, décret pain, loi boulangerie, fermeture hebdomadaire, étiquetage…) ;

– Le pack Formation (formation du chef d’entreprise, formation des salariés, les apprentis, les concours, les liens à établir avec le rectorat, CFA, lycées …) ;

– Le pack Communication (promotion de la marque « Boulanger de France », le journal Les Nouvelles de la Boulangerie-Pâtisserie, la Fête du Pain, la candidature des savoir-faire artisanaux et la culture de la baguette de pain à l’Unesco, l’opération Pièces Jaunes, le Téléthon…).

La partie communication d’influence et les relations publiques a été développée par Véronique Carantois, consultante chez Cap Coreli, en rappelant les objectifs attendus :

– Comprendre le mode de fonctionnement et l’organisation des pouvoirs publics ;

– Apprendre à créer un réseau efficace de décideurs publics ;

– Savoir entretenir et pérenniser son réseau.

Les buts sont de mieux faire connaitre les valeurs et les atouts des professionnels (qualité des produits, proximité, emploi, lien social, maillage territorial), défendre la profession (amendement contre la fermeture hebdomadaire), TVA sur les viennoiseries à 20 %, appellation « Boulangerie-pâtisserie réalisée sur place », faire face à la concurrence (baguette à 0,29 €…).

Un des axes de la formation consistait à cartographier son réseau de décideurs politiques et institutionnels, identifier les acteurs et leur rôle en fonction de l’objectif recherché et de l’évènement envisagé.