Les Nouvelles de la Boulangerie

INBP : trois jeunes anciens témoignent !

Trois choix professionnels différents après le CFA BPF

L’INBP et le CFA BPF remercient Jonas De Stephane, Aurore Carrara, et Louis Hamel de leur visite. Bonne réussite à Jonas en passe de reprendre l’auberge familiale où il essayera de faire le pain !

C’est avec simplicité que trois anciens du CFA BPF ont évoqué leur envol professionnel auprès des apprentis boulangers et pâtissiers actuellement présents. Peu d’années les séparent, mais on constate déjà qu’ils ont l’expérience en plus. Extraits.

Avant d’intégrer la session de CAP boulanger à Rouen, Jonas le Vosgien était déjà titulaire du Bac pro cuisine et du CAP pâtissier. Trois diplômes, trois passeports gagnants pour l’emploi. L’aventure à l’international le tente. C’est son formateur Pascal Gousset qui lui permettra de s’envoler à Montréal. Il raconte la suite. « J’y suis resté 10 mois. La pâtisserie était un peu comparable à l’offre française. Les farines sont plus difficiles à travailler. On faisait moitié pains courants, moitié pains spéciaux en utilisant beaucoup de fruits secs, du miel et du sirop d’érable bien sûr. » Pas trop de tracasseries administratives ? « Non, avec le passeport, en trois semaines, on peut partir travailler. Les formalités sont simples et mon employeur m’assurait le logement sur place. » Et d’encourager les âmes voyageuses « Avec la boulangerie pâtisserie, on peut aller n’importe où ! ».

Titulaire du Bac ES, du CAP Pâtissier puis Boulanger préparé au CFA BPF, Louis fait le choix de rester à Paris, après son apprentissage. « J’ai passé une journée à postuler dans les meilleures maisons. J’ai choisi Du Pain et des Idées dans le 10e. Et depuis deux mois, je travaille à la boulangerie du Bristol qui dispose de trois restaurants, dont deux étoilés, un room-service et un tea-time. » Il évoque la rencontre et le parti-pris du chef triplement étoilé Eric Fréchon et de Roland Feuillas, ingénieur devenu paysan-meunier-boulanger. « Au quotidien, on moud nos cinq variétés anciennes de blé pour réaliser des pièces de 500 g, à raison de deux fournées par jour. Fermentation de 24 heures, tout au levain, les pains servis tranchés offrent une grande qualité gustative. Les tâches varient, l’équipe tourne et les horaires changent. Je suis l’un des trois commis d’une équipe de cinq et j’ai eu tout de suite des responsabilités» se réjouit-il. Et d’ajouter : « Pas le droit à l’erreur, c’est de l’exigence, mais la machine est tellement bien huilée, tout roule, dans les meilleures conditions avec les meilleures matières premières. Et s’ils le souhaitent les clients peuvent même visiter la boulangerie. » Une fierté !

Aurore aura marqué son passage au CFA BPF en participant à trois concours d’envergure, dont la Coupe de France des Écoles. « Et n’oubliez pas Aurore, nous avons aussi fait des animations sur le Lab au salon Europain. » ajoute Pascal Gousset, son formateur boulanger. L’occasion de rappeler qu’au-delà de l’enseignement reçu au CFA BPF, les concours et événements contribuent à nourrir l’expérience de ces jeunes apprentis, originaires de toute la France, qui font le choix de la boulangerie-pâtisserie, après le bac. Aurore explique qu’elle poursuit son parcours de formation en préparant actuellement le BTM pâtissier au CFA de Versailles et pense déjà à son retour à Rouen pour la préparation au BM.

Trois témoignages qui confirment qu’en France, à l’international, du côté de l’artisanat ou des palaces, chacun peut s’inventer, comme il le souhaite, à hauteur de ses rêves. Des mains agiles, une tête bien faite et les pieds sur terre : l’avenir leur appartient, d’autant plus qu’à les entendre « de l’emploi, il y en a ! ».  

Leur maître d’apprentissage
Jonas : Maison Boquillon à Saint Nabord
Aurore : Patrick Hardel Paris 17e
Louis : Jocelyn Lohezic à Paris 17e

Infos sur le CFA BPF : 02 35 58 17 81

Stages de 3 jours à Rouen à réserver                           

Cyrille Van der Stuyft, MOF du 17 au 19 juin

Thomas Marie, MOF du 24 au 26 juin

Fabienne Mouillet  du 17 au 19 juin