Logo Les Nouvelles de la Boulangerie

Interview : La retraite complémentaire, une nécessité pour les indépendants

Tour d’horizon sur la retraite complémentaire des indépendants avec Christian Martin, Président de la Mutuelle Médicis

LNBP : Monsieur Martin, vous êtes depuis un an Président de Médicis, la mutuelle de retraite des indépendants. Vous êtes aussi boulanger et Vice-Président de la Confédération Nationale de la Boulangerie Pâtisserie Française. Quel message souhaitez-vous passer à vos confrères, concernant la retraite ?

Christian Martin : Je suis en effet Boulanger Pâtissier à Aubenas en Ardèche depuis maintenant près de 40 ans. Notre métier est passionnant, mais très prenant. Je n’ai donc que peu de temps pour assurer les contraintes administratives, comme chacun d’entre nous. Et pourtant, je sais combien il est important de s’occuper de sa retraite et il me semble indispensable d’attirer l’attention sur ce sujet.

En effet, nous souhaitons tous bien profiter de cette période car elle représente la récompense d’années d’efforts et de travail. Nous ne voulons notamment pas perdre en revenus à ce moment-là et c’est bien compréhensible.

Cependant si nous ne sommes pas bien préparés, la retraite peut être une période à risque : celui de vivre moins bien que pendant la période d’activité.

Que préconisez-vous ?

CM : Au moins de prendre le temps de s’interroger sur ce que l’on aura le moment venu.

Nos revenus sont soumis à l’activité économique de l’entreprise. Ils peuvent donc varier d’une année sur l’autre.

Il faut savoir que nos cotisations retraite sont calculées sur nos revenus mais sont plafonnées selon des taux et des assiettes propres aux travailleurs indépendants. Au maximum, au moment de la retraite, nous toucherons 50% du plafond de la Sécurité Sociale, soit 19 614€ par an pour la retraite de base.

De plus, en tant qu’indépendant nous ne cotisons qu’à deux niveaux de retraite. Donc plus nos revenus sont importants et moins notre retraite sera élevée proportionnellement. Elle sera moins généreuse que celle d’un cadre, car celui-ci cotise quant à lui à trois niveaux. Il est de ce fait mieux protégé. En moyenne, le dirigeant d’une entreprise artisanale ne touchera au moment de sa retraite que la moitié des revenus qui étaient les siens jusque-là.

A côté du montant que nous toucherons au moment de la retraite il faut parler aussi de la durée de la retraite. En effet, l’espérance de vie augmente de 3 mois tous les deux ans et entraine donc une période d’après travail de plus en plus longue, ce qui, bien que réjouissant pose problème quant au maintien d’un niveau de revenu suffisant.  

Ce sont beaucoup de paramètres qu’il faut que nous ayons à l’esprit. Même si nous ne sommes pas maîtres de tout, nous pouvons quand même nous interroger sur ce que nous aurons, ou souhaiterions avoir pour « demain ». La constitution d’un revenu supplémentaire peut alors s’avérer utile.

Et que faire quand on a pris conscience de cette nécessité de se constituer un revenu supplémentaire ?

CM : Il faut alors s’interroger sur la solution qui nous semble la mieux adaptée compte tenu de nos besoins.

Il existe plusieurs solutions pour compléter sa retraite : investissement locatif, assurance vie, contrats Madelin, Perp…

Toutes ces solutions présentent des avantages et des inconvénients.

L’immobilier par exemple permet de constituer un capital transmissible à ses proches dont le rapport est intéressant, mais il faut y consacrer du temps. Les problèmes avec les locataires sont fréquents et la valeur du bien peut se déprécier sur le long terme.

Pour ce qui est de l’assurance vie, le capital constitué est disponible très vite et sera transmis à votre bénéficiaire en cas de décès, mais le rendement des assurances vie depuis quelques années. Par ailleurs, les études montrent que le capital à la retraite, quel qu’il soit, est épuisé en moyenne en 15 ans. Compte tenu de l’espérance de vie qui augmente, c’est très court. 

Les contrats Madelin et Perp permettent quant à eux de disposer à la retraite, d’une rente à vie pour vous puis pour votre bénéficiaire. L’épargne est bloquée. Il s’agit donc d’un placement sur le long terme, dont la sortie ne peut être qu’en rente (sauf situations très particulières pour le Madelin et limitée à 20% des droits pour le Perp).

Ces solutions peuvent être complémentaires, mais en fonction de son âge, certaines sont plus adaptées que d’autres.

Vous voulez sans doute parler des solutions Médicis ?

CM : Bien sûr, je veux parler des produits Médicis mais au-delà des produits c’est aussi le savoir-faire des collaborateurs de cette mutuelle que je souhaite mettre en avant.

Concernant les produits, Médicis propose deux contrats retraite en points : Madelin et Perp, avec comme avantages principaux : d’afficher des frais parmi les plus bas du marché, de s’adapter à nos revenus à la hausse comme à la baisse sans aucun frais, de donner de la visibilité à la rente acquise puisqu’il suffit de multiplier le nombre de points par sa valeur, de disposer d’une commission d’action sociale pour le produit Madelin si nous rencontrons une difficulté de trésorerie…

Pour appuyer mon propos, le contrat Médicis retraite Madelin est une solution retraite reconnue puisque ses garanties ont été distinguées par l’Oscar 2017 du meilleur contrat retraite Loi Madelin décerné pour la troisième fois par le magazine « Gestion de Fortune ». Il a aussi bénéficié du label d’excellence 2016, remis pour la 6ème année consécutive par les Dossiers de l’Epargne, organisme indépendant qui compare les différentes offres sur plusieurs critères (niveau des frais, accessibilité, souplesse et choix d’options de rentes et de prévoyance etc…)

Concernant le savoir-faire, Médicis est une mutuelle qui n’a qu’un seul métier : la retraite et qu’un seul public : les travailleurs indépendants. Ce sont réellement des spécialistes qui peuvent nous accompagner. Médicis existe depuis 2004 (elle a pris la suite d’Organic complémentaire qui existait depuis 1978), elle connait donc bien notre monde, nos attentes, nos préoccupations.

Ses conseillers commerciaux vous offrent un bilan retraite personnalisé qui vous permettra d’avoir une bonne connaissance des revenus de demain et à partir de cette projection d’estimer vos besoins pour l’avenir. Ce n’est pas rien. Cela vous permet au moins de savoir où vous en êtes et de prendre les dispositions qui s’imposent.

Donc, si nous souhaitons récapituler votre propos :

·         L’espérance de vie augmente de 3 mois tous les 2 ans ï° Besoin d’un revenu complémentaire durant toute la vie.

·         L’organisation de la retraite obligatoire des indépendants ne comprend que 2 étages obligatoires (3 pour un salarié cadre) ï° Besoin de combler la différence pour garder un certain niveau de vie.

·         Les revenus aléatoires de nos professions ï° Besoin de souscrire à un produit accessible en termes de tarif et souple pour moduler ses versements en fonction de ses résultats.

CM : Tous ces constats, montrent bien qu’il est indispensable de compléter sa retraite pour préserver son pouvoir d’achat et profiter pleinement de cette période d’après travail.

Il me semble que la solution en rente, préconisée par Médicis est la solution naturelle pour la retraite. Elle vient, avec la part des régimes obligatoires remplacer le salaire. Il faut assurer ce revenu.

La rente joue ce rôle ; elle est versée tous les mois sans avoir à se préoccuper de rien. C’est une solution facile, simple et accessible à tous.

Ensuite rien n’empêche de se constituer une épargne à côté si vous l’estimez nécessaire.

 

Quelques chiffres clés sur la mutuelle Médicis

165 000 adhérents.

65 salariés.

Plus de 3 milliards d’euros d’actifs gérés.

2,4 milliards de droits retraite à servir.

 

Quelques chiffres clés sur le produit Médicis retraite Madelin

30 classes de cotisations : de 35,50€ par mois (cotisation minimum) à 1 773€ par mois (cotisation maximale).

Des frais parmi les plus bas du marché : de 1,5 à 2% sur les cotisations / 0,5% sur les actifs gérés / 0,5% sur les prestations.

Plusieurs options de rente proposées au moment du départ en retraite.

Une rente versée à vie.

Une pension de réversion incluse dans le contrat.

 

Quelques chiffres clés sur le produit Médicis retraite Perp

Cotisation minimale à partir de 51€ par mois. Pas de maximum.

Des frais parmi les plus bas du marché : 2% sur les cotisations / 0,7% sur les actifs gérés / 0,5% sur les prestations.

Plusieurs options de rente proposées au moment du départ en retraite.

Une rente versée à vie.

Une pension de réversion incluse dans le contrat.

Pour tout renseignement, contactez nos conseillers clientèles du lundi au vendredi de 9h00 à 19h00 au :
0 800 240 240 (service et appel gratuits).

Envoyez vos e-mails : infos@mutuelle-medicis.com

Consultez notre site : www.mutuelle-medicis.com