Les Nouvelles de la Boulangerie

La Chine à l’origine de tensions sur le marché mondial

combine harvesting

Les chiffres sont suffisamment explicites : en deux ans, la tonne de blé tendre est passée de 198 euros en octobre 2018 à 250 euros fin octobre 2020*, soit une augmentation de plus de 26%. À l’origine de cette envolée des prix, la demande record et insatiable de la Chine. « Les prix des céréales retrouvent à ce jour leurs plus hauts niveaux depuis six ans : la demande soutenue de la Chine est totalement inédite et nous assistons probablement à un changement de paradigme sur le marché des grains. La Chine est présente aux achats sur tous les grains dans des proportions jamais constatées auparavant ! », constate Sébastien Poncelet, Directeur du développement au sein du cabinet Agritel.

Certes, cette situation peut partiellement être expliquée par une baisse de l’offre : les récoltes de blé ont été très mauvaises en France et en Europe. Mais elle est aussi la conséquence de la poursuite du développement économique de la Chine qui continue à afficher une croissance positive en 2020 malgré la pandémie. Et c’est certainement cette même pandémie qui encourage la Chine à redoubler de vigilance sur la sécurisation de ses stocks alimentaires en multipliant les achats.

Les effets de l’appétit chinois pourraient précipiter les marchés vers une situation plus inquiétante, et donc vers une hausse continue des prix : « Trop sollicités, les stocks des pays exportateurs de maïs, de soja et même de blé pourraient se tendre rapidement », estime Sébastien Poncelet.

* Source www.terre-net.fr