Les Nouvelles de la Boulangerie

Le brevet de maîtrise fait peau neuve !

Depuis janvier 2009, le Brevet de Maîtrise (BM) a été rénové.

Pourquoi ?
Dans le cadre du renouvellement de l’homologation de ses titres professionnels dont fait partie le Brevet de Maîtrise (BM), l’Assemblée Permanente des Chambres de Métiers (APCM) a revu son cursus de certification en portant le BM du niveau IV* au niveau III*. Ceci l’a conduite à revoir l’intégralité du référentiel de certification des BM boulanger et pâtissier. Rappelons que l’APCM a la charge au plan national de gérer tous les titres professionnels des Chambres de Métiers et de l’Artisanat.   Les nouveautés du BM rénové en boulangerie et en pâtisserie Globalement, l’architecture de ces titres ne change pas. Ils sont toujours constitués de 7 modules dont les intitulés ont changé :
– le module professionnel (inchangé),
– le module A « Connaissance de l’entreprise artisanale » intitulé « Fonction entreprenariale »,
– le module B « Commercialisation » intitulé « Fonction commerciale »,
– le module C « Gestion économique et financière » intitulé « Fonction gestion économique et financière d’une entreprise artisanale »,
– le module D « Gestion des ressources humaines » intitulé « Fonction gestion des ressources humaines »
– le module E « Maître d’apprentissage » intitulé « Fonction accompagnement et formation du jeune »
– le module F « Langue vivante étrangère » intitulé « Fonction communiquer à l’international ».
Les conditions d’inscription à l’examen
Les conditions d’inscription à l’examen du BM ont changé de façon différente pour les deux métiers. Auparavant, il fallait justifier de 3 ans d’expérience professionnelle pour s’inscrire au BM boulanger ou pâtissier. Maintenant, il faut en boulangerie :
– être titulaire du Brevet Professionnel (BP) ou du baccalauréat professionnel ou du BM (niveau IV) sans condition d’expérience professionnelle,
– ou être titulaire du CAP boulanger avec 3 ans d’expérience professionnelle hors apprentissage,
– ou sans diplôme, justifier de 5 ans d’expérience professionnelle hors apprentissage.
En pâtisserie :
– être titulaire du Brevet Technique des Métiers (BTM) ou du baccalauréat professionnel ou du BM (niveau IV) sans condition d’expérience professionnelle,
– ou avec ou sans CAP, justifier de 7 ans d’expérience professionnelle apprentissage compris.
En plus de ces pré-requis, le Centre chargé de préparer le candidat doit réaliser un entretien de positionnement afin d’évaluer ses compétences pour lui proposer un parcours de formation adapté à son niveau.
Les examens
Les modalités de passation des épreuves de ces modules sont très similaires à l’ancienne version. Il faut noter néanmoins plusieurs modifications importantes concernant le module professionnel. Tout d’abord, le BP boulanger et le BTM pâtissier ne dispensent plus de passer ce module. Ensuite, sa moyenne générale est passée de 10 à 12 sur 20, traduisant ainsi un degré d’exigence plus important que par le passé sur le plan professionnel. Enfin, le candidat est assisté d’un commis durant l’épreuve pratique afin d’évaluer sa capacité à l’encadrer. Le commis est obligatoirement un apprenti en deuxième année de CAP boulanger ou pâtissier. Pour le BM boulanger, dans le cadre du module professionnel, une nouvelle épreuve a été ajoutée. Le candidat doit soutenir à l’oral un dossier présentant son projet professionnel qu’il souhaiterait mener après l’obtention de son BM. Il dispose de la durée de sa formation pour rédiger ce dossier.  

 

Créativité et innovation
Dans les deux titres, une place importante est accordée à la créativité et à l’innovation. Le candidat BM doit faire preuve de sa capacité à mettre au point de nouvelles recettes innovantes (aspect, goût, texture, forme…). En tant que futur artisan ou chef de production, dans un univers concurrentiel, il doit être capable de faire évoluer régulièrement sa gamme de produits en fonction des tendances et de l’évolution des comportements de ses clients. C’est sûrement la partie la plus exigeante du BM car il ne suffit plus d’être un bon professionnel pour l’obtenir, il faut faire la preuve de créativité. Pas facile à préparer et à évaluer !
Que faire après le BM ?
Ce titre professionnel constitue un sésame pour travailler dans le secteur à des postes divers et variés. Le titulaire peut s’installer comme artisan ou être embauché comme démonstrateur, formateur, technico commercial, boulanger ou pâtissier d’essai, chef de production en France ou à l’étranger. Son obtention offre des perspectives professionnelles larges qui ont fait son succès. Avec cette réforme, cet aspect va être encore renforcé.
Organisation des examens
Deux sessions d’examens sont prévues chaque année pour les modules transversaux, la première en janvier et la seconde en juin. Pour le module professionnel, une session est généralement organisée en juin et/ou en septembre. La première session d’examen du module professionnel des deux BM sera organisée en juin prochain à l’INBP. Souhaitons bonne chance aux premiers candidats qui étrenneront la nouvelle formule.   * Niveau IV = niveau baccalauréat et le niveau III = niveau BTS.