Les Nouvelles de la Boulangerie

Le modèle alimentaire français, solution d’équilibre ?

Chaque printemps, les Français et surtout les Françaises voient leurs habitudes alimentaires bousculées par une multitude de régimes vantant une perte de poids « express » pour affronter l’épreuve annuelle du maillot de bain. Attrayantes par leurs promesses, ces méthodes n’intègrent que trop rarement la notion d’équilibre alimentaire, pourtant essentielle pour maintenir son poids dans la durée. Structuré autour de 3 à 4 repas réguliers dans la journée et de menus diversifiés, le modèle alimentaire français contribuerait à limiter le développement des déséquilibres alimentaires en France. Un bon rythme et la diversité alimentaire s’avèrent en effet être les fondamentaux d’une alimentation saine et équilibrée.

Décryptage : les fondamentaux du modèle alimentaire français au service de l’équilibre

La journée s’articule généralement autour de 3 repas principaux. Pris à des moments très précis et souvent à plusieurs, le déjeuner et le dîner sont composés presqu’immuablement d’une entrée, d’un plat et d’un dessert. Ce modèle alimentaire, qui permet une diversité des aliments et relève presque du rituel, contribuerait à limiter le développement des déséquilibres alimentaires en France. En effet, les personnes prenant 3 à 4 repas par jour auraient une meilleure maîtrise de leur poids. A titre d’exemple, le taux d’obésité en France est moins élevé qu’aux États-Unis où les rythmes alimentaires sont plus anarchiques*.(1)
Facteur d’équilibre, ce modèle alimentaire est pourtant aujourd’hui malmené par l’évolution de nos rythmes de vie. La réduction du temps consacré aux repas (3 minutes pour le déjeuner et 6 minutes pour le dîner)(2) et la multiplication des activités pendant les moments du repas, font partie des exemples de déstructuration alimentaire.
Pourtant, l’adoption de certains principes fondamentaux simples peut contribuer à maintenir l’équilibre alimentaire et ainsi à prévenir la prise de poids :

Présent à chaque repas « à la française », le pain est considéré comme un aliment structurant. Rassasiant et satiétogène, il permet d’éviter le grignotage intempestif et constitue au contraire une collation équilibrée lorsqu’il est bien accompagné (exemple : carré de chocolat).

(1) Enquête Obepi-Roche, 5ème édition de l’enquête nationale sur la prévalence de l’Obésité et du surpoids en France, 2009/ centers for disease control and prévention, « Obesity : halting the Epidemic by making Health Easier, At a glance 2010 », www.cdc.gouv
(2) Enquête du Credoc « Comportements et consommations alimentaires », Etude CCAF, 2007