Logo Les Nouvelles de la Boulangerie

Le RSI s’invite dans la campagne présidentielle

Alors que certains candidats à l’élection présidentielle n’hésitent pas à annoncer la suppression du Régime Social des Indépendants (RSI) et sa fusion avec le régime général de la sécurité sociale. Les élus administrateurs du régime leur proposent un train de 5 mesures pour améliorer la sécurité sociale des indépendants.

L’avenir du Régime de la Sécurité Sociale des Indépendants est incertain. Certains candidats à la présidence de la République proposent même sa suppression et sa fusion pure et simple avec le régime général de la sécurité sociale des salariés.  Mais les élus du RSI ne l’entendent pas de cette oreille et ils objectent que cette disparition entrainerait une augmentation de la cotisation des commerçants et artisans de l’ordre de 50%, sans droit supplémentaires. Ils ont donc décidé de soumettre un train de 5 mesures aux candidats, pour améliorer le fonctionnement de ce régime assez controversé. Invoquant le principe de solidarité, les élus souhaitent rendre contributifs au régime, les dividendes versés aux présidents de société anonyme simplifiée (SAS). Ils souhaitent voir un 4ème trimestre, accordé lors du calcul de leur retraite, aux artisans et commerçants bénéficiant de faibles revenus. Ils veulent renforcer la capacité du RSI pour ses fonds d’action sociale et pour la médecine préventive. Conformément aux attentes de nombreux contributeurs, ils souhaitent instaurer une « auto liquidation » au réel pour permettre aux cotisants de payer le RSI en ligne, au moment même où ils se rémunèrent. La cinquième mesure concerne l’instauration d’un traitement spécialement dédié aux indépendants au sein du système informatique de l’URSSAF, pour que le recouvrement obéisse à des règles adaptées à leur activité. En 2016, le RSI a compté 2,8 millions de cotisants pour 6,6 millions d’assurés.

Texte et photo Frédéric Vielcanet