Les Nouvelles de la Boulangerie

Leclerc : le coup de baguette tragique

Michel-Edouard Leclerc a lancé mardi 11 janvier une campagne de communication afin de vendre des baguettes de pain à 0,29 € maximum pendant six mois dans l’ensemble de ses magasins, prix qui était déjà pratiqué précédemment.

Cette annonce tonitruante a bien sûr fait l’effet d’une bombe et entrainé une réaction immédiate de la filière blé française. « Alors même que les cours des céréales, et par conséquent de la farine, connaissent des prix élevés, que les coûts de production progressent fortement et que la moyenne du prix de la baguette en France en 2021 selon l’Insee est de 0,90 €, le groupe Leclerc annonce des prix volontairement destructeurs de valeurs… L’excellence des agriculteurs, des collecteurs, des meuniers et des boulangers que le monde entier nous envie, est bradée. Dans ces conditions la filière céréalière s’interroge sur les prix pratiqués par les magasins Leclerc et se demande qui peut en vivre dignement et sur quels produits vendus aux consommateurs les magasins Leclerc compenseront cette vente ? », s’insurgent les acteurs de la filière qui, rappelons-le, représentent 440 000 emplois en France et pèsent, uniquement pour l’exportation des céréales, 6,7 milliards d’euros dans notre balance commerciale (voir P8.9).

La valeur du travail bien fait

Cette notion de valeur a été d’ailleurs amplement reprise dans les nombreuses réactions suscitées par ce coup de publicité racoleur, à l’exemple des Moulins Bourgeois : « Il y a d’abord, la valeur de l’ingrédient, celle de blés moissonnés en France, certifiés et labellisés, provenant de partenaires de confiance. Il y a ensuite la valeur du travail bien fait. C’est celle qui anime la boulangerie artisanale. Elle sait donner du temps au temps pour élaborer des baguettes de grande qualité, qu’elles soient de tradition française ou bien de pain courant. Il y a également la précieuse valeur du lien social. Il y a enfin la valeur liée à une consommation responsable. Elle repose sur un acte d’achat avant tout local et sur un vrai rapport de proximité entre le producteur (le boulanger) et le consommateur. Toutes ces notions ont un coût, un juste prix et une valeur. Elles ne souffrent pas d’être bradées », a rappelé l’entreprise de meunerie dans un tweet.

En plus des professionnels du secteur, l’annonce des supermarchés Leclerc – suivis depuis par d’autres enseignes de la grande distribution – a pris une dimension politique alimentée par les nombreux soutiens exprimés par les élus et les parlementaires (voir P16.17).