Les Nouvelles de la Boulangerie

Manche. La Maison de la boulangerie de Coutances a fêté ses 30 ans en présence de nombreux élus et du Président Anract

Le président du Groupement des boulangers-pâtissiers de la Manche et de l’Orne, Fabrice Suzanne, aux côtés du président de la Confédération Dominique Anract et de Jean-Denis Meslin, président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat.

Le Président du Groupement Professionnel des boulangers-pâtissiers de la Manche et de l’Orne, Fabrice Suzanne a accueilli, le 4 mars dernier, les personnalités suivantes : le Préfet de la Manche, Jean-Marc Sabathé, les députés Stéphane Travert et Philippe Gosselin, le sénateur Jean-Michel Houllegatte, le Maire de Coutances Yves Lamy, ainsi que Jean-Denis Meslin, président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de la Manche et vice-président du groupement.
Dominique Anract, président de la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française, était accompagné de Philippe Maupu, secrétaire général.

Monsieur le Préfet, Jean-Marc Sabathé


Un soutien important
La présence de ces nombreuses personnalités politiques a été, pour le groupement, synonyme de soutien important pour la profession, qui s’était fortement mobilisée pour préparer ce grand événement.
L’accueil s’est déroulé à la Maison du Boulanger à Coutances. Une visite de
l’IFORM (Centre de Formation d’Apprentis de la Chambre de Métiers et
de l’Artisanat de la Manche) a eu lieu, suivi d’un déjeuner.
Le 30e anniversaire de la Maison du boulanger a été célébrée lors du salon
des partenaires.
L’après-midi, la table ronde a permis d’aborder les sujets suivants :

De g. a dr. : le préfet Jean-Marc Sabathé, J.-D. Meslin à la tribune,
F. Suzanne et D. Anract.

Les représentants ont pu tour à tour s’exprimer devant une assemblée attentive. Le Président de la CNBPF a insisté sur ces points : « Malgré les coups de boutoir de la concurrence qui caricature nos savoir-faire et notre communication, la boulangerie artisanale résiste. Le solde des fermetures ouvertures reste positif même si l’on ne doit pas ignorer les situations difficiles en local. Nos meilleurs atouts restent la proximité avec nos clients, la valorisation de nos savoirs faire « maison », la transparence des fabrications et des ingrédients, la traçabilité alimentaire dont nous restons les meilleurs garants. Nos meilleurs outils restent nos Chartes de Qualité et le fait maison (cf. campagne croissants d’artisan…) »