Les Nouvelles de la Boulangerie

Manger équilibrer prévient l’obésité

Le 22 mai prochain aura lieu la première Journée Européenne contre l’obésité qui vise à encourager la reconnaissance de l’obésité comme une véritable pathologie et à permettre aux patients obèses de s’exprimer. A cette occasion, l’Observatoire du pain fait un point sur l’évolution de cette maladie et rappelle l’importance d’une alimentation équilibrée dans sa prévention de l’obésité bien que de nombreux facteurs concourent à sa survenue.

Décryptage : Manger équilibré, un facteur de prévention de l’obésité

En France, l’obésité ne cesse de progresser : la proportion de personnes obèses est passée de 8,2 % en 1997 à 11,3 % en 2003, 13,1 % en 2006 et 14,5 % en 2009, soit une moyenne de 5,9 % par an depuis 12 ans(1). Les enfants sont tout autant concernés que les adultes par cette progression : le pourcentage de population infantile en surpoids ou obèse a triplé entre 1980 (5 %) et 2000 (16 %), pour atteindre 17,8 % en 2008 d’après l’Afpa(2).
L’obésité apparaît donc comme un véritable enjeu de santé publique et il devient urgent d’agir efficacement. Il s’agit d’une véritable pathologie qui nécessite une prise en charge globale, qui intègre un suivi médical, l’écoute des patients, l’application d’une hygiène de vie quotidienne et bien sûr une alimentation équilibrée associée à une activité physique régulière.
Selon le Programme National Nutrition Santé, dans le cadre une alimentation équilibrée il convient de consommer : au moins 5 fruits et légumes par jour de la viande, du poisson, des oeufs une à deux fois par jour du pain et des féculents à chaque repas.

Les atouts physiologiques du pain

En raison de son pouvoir hyperglycémiant modéré et de son contenu en fibres, le pain favorise la sensation de faim et la satiété. De plus, sa faible densité énergétique et son index glycémique modéré notamment de la baguette de tradition française (57) sont des atouts pour lutter contre la prise de poids.
Les résultats de l’étude Su.Vi.Max(3) démontrent que les plus forts consommateurs de pain ont un IMC (Indice de Masse Corporelle) plus bas que les petits consommateurs.   Chiffre clé : 0,3%
C’est la teneur en lipides de la baguette courante et du pain complet(4).

L’avis du médecin – Pr Christophe Dupont

« L’obésité infantile n’est pas une fatalité, mais est liée pour beaucoup aux transformations majeures de notre société. Des adaptations structurelles sont nécessaires chez les enfants comme chez les parents. Ils ont un rôle capital pour aider les enfants à changer leurs habitudes alimentaires, à faire davantage d’exercice physique et à modifier leurs habitudes concernant la télévision. Incitons les adultes à prendre leur rôle d’exemple au sérieux ! ».

 

(1) Enquêtes Obépi/Roche
(2) Association Française de Pédiatrie Ambulatoire
(3) Su.Vi.Max 1994/2002
(4) Table de composition nutritionnelle des pains français, Observatoire du pain