Les Nouvelles de la Boulangerie

Nouvelle agriculture : inventer des solutions d’avenir pour la boulangerie

Moins radicale qu’une farine Bio mais plus contrôlée qu’un produit conventionnel, depuis son lancement, la farine boulangère des moulins d’Evélia estampillée « Nouvelle Agriculture » fait recette. Avec cette nouvelle offre, le groupe coopératif Terrena entend associer céréaliers, meuniers et boulangers selon un cahier des charges strict et un circuit de production exclusivement local.

Dans la région pilote d’Angers, 110 céréaliers producteurs de blé sont engagés dans la démarche « Nouvelle Agriculture » des Moulins d’Evélia qui constituent la branche meunerie du groupe coopératif Terrena. Si le rendement de leurs parcelles reste le même qu’avec un blé conventionnel (soit 90 quintaux à l’hectare en moyenne), le cahier des charges est en revanche assez strict et il impose un certain nombre de tâches supplémentaires au producteur de blé. « Nous sélectionnons un panier de 7 variétés de blé (*) répondant aux caractéristiques des sols, avec pour objectif, une utilisation sur mesure des produits phytosanitaires et des engrais. Ceci est rendu possible grâce à l’imagerie satellite, selon le principe d’une agriculture écologiquement intensive. Par ailleurs, l’usage d’insecticides est proscrit pendant toutes les phases de stockage après la récolte » insiste Patrick Moron, administrateur chargé de la filière céréale de Terrena. Cette année, le groupe coopératif produira 12 000 tonnes de farine « NA » et une quarantaine de boulangers de la région ouest adhèrent déjà à ce projet.

Une vingtaine d’artisans sont en attente du lancement personnalisé qui comprend la venue du céréalier et l’assistance d’un boulanger conseil du moulin. L’objectif est d’atteindre une centaine d’artisans utilisateurs, pour la fin de l’année 2016. « Ce qui séduit les boulangers, c’est la qualité de la farine et le choix d’une filière de terroir de proximité. C’est également ce que relèvent et apprécient leurs clients » estime Renaud Bouquet-Deschaux, le responsable de la meunerie Evélia chargé des boulangeries artisanales. Des arguments qui visiblement ont séduit Laurent Méchinaud, boulanger à Saint-Florent-le-Viel (49) qui produit 100% « Nouvelle Agriculture » depuis l’année dernière : « Vous achetez une baguette et l’on vous dit que vous passez tous les jours à côté du champs de blé d’où est issue la farine qui sert à la fabriquer. Comme artisan, cela me parle et le client aussi cela lui parle ».

Un succès commercial qui ne se dément pas puisque la boulangerie Méchinaud vend de 500 à 700 baguettes par jour, dont la fameuse flûte ligérienne, une création maison protégée par le dépôt de marque. « Quand nous sommes passés à la farine NA, un agriculteur est venu sur un petit stand d’animation, accompagné du meunier et les clients ont engagé la discussion avec eux. On sort de l’anonymat et c’est une marche de plus dans la qualité du pain » conclut satisfait le boulanger de Saint-Florent-le-Viel.

Texte et photos Frédéric Vielcanet

(*) Une 8ème variété peut être ajoutée dans certains cas pour assurer une homogénéité de la production et une constance de la qualité

Les moulins d’Evélia, 5ème opérateur

de la meunerie

Avec 8 moulins répartis sur la région grand-ouest d’une capacité totale de 295 000 tonnes de blé écrasées, la branche meunerie du groupe coopératif Terrena se place en 5ème position dans le classement des opérateurs du secteur. Evélia est membre fondateur de la marque « Festival des Pains » et partenaire de longue date des artisans boulangers. Terrena, engagé dans une démarche responsable devant le consommateur, est un acteur majeur de l’agriculture et de l’agro-alimentaire français. Il s’est donné pour mission de concevoir des solutions pour une nouvelle agriculture respectueuse des écosystèmes et économe en ressources naturelles. Terrena compte aujourd’hui 22 000 agriculteurs membres et 12 159 salariés. Plus d’informations : www.moulins-evelia.fr

Le blé « Nouvelle Agriculture » a le même rendement qu’un blé conventionnel.

Le moulin d’Andrezé produira cette année 12 000 tonnes de farine « NA ».

Laurent Méchinaud ici avec sa flûte ligérienne produit en totalité son pain sous l’appellation « Nouvelle Agriculture.

Chaque boulanger utilisateur dispose d’une PLV personnalisée et d’un lancement sur le point de vente avec une rencontre entre ses clients et les acteurs de la filière « Nouvelle Agriculture ».