Les Nouvelles de la Boulangerie

Paris. L’École Internationale des Artisans de Paris lance 3 formations innovantes de conseiller en vente

Consciente de l’importance de former des conseillers en vente dont les entreprises ont besoin pour promouvoir leurs produits de qualité, l’École Internationale des Artisans de Paris met au centre de ses formations, le conseil et la vente.

Avec près de 500 meilleurs apprentis distingués chaque année, et plus de 12 000 apprenants en formation initiale et continue, l’Ecole Internationale des Artisans de Paris, établissement de la CMA IDF, a lancé le 20 septembre, en présence de la ministre du Travail, Elisabeth Borne, trois formations de conseiller de vente niveau 4 destinées aux jeunes souhaitant acquérir un métier d’avenir porteur de sens et de valeurs artisanales. « Le but était de répondre à un besoin », nous explique Pascal Barillon, président de la CMA de Paris et instigateur du projet. « En France, on a l’excellence du produit, l’excellence du savoir-faire, mais pas celle du savoir-vendre. L’accueil n’est pas au niveau d’autres pays. Il faut que les jeunes soient formés à cela. D’autant qu’il y a un manque criant de personnel de vente, dans certains métiers comme celui de la boulangerie-pâtisserie. Et en prenant le pouls auprès de professionnels de différents corps de métiers artisanaux, le constat fut unanime : il manquait une valeur ajoutée dans le domaine de la vente, des personnes qui connaissent et sachent valoriser le produit ».

A l’École internationale des artisans de Paris, les élèves auront le choix entre trois formations : conseiller de vente en produits du terroir et de la mer (pour de futurs conseillers de vente en boulangerie-pâtisserie par exemple), caviste et conseiller de vente en produits précieux. Ce Centre de formation des apprentis est le 10e de la région Ile-de-France mais aussi le tout premier situé à Paris même. Il propose des contrats d’apprentissage en un an aux jeunes de 16 à 29 ans inclus.

« Pour la vente, notamment dans la boulangerie-pâtisserie, l’objectif est de valoriser le métier de conseiller, en faire un titre de noblesse », reprend Pascal Barillon. « Les apprentis en ressortiront avec le niveau 4 (niveau bac). La formation comprend de l’Anglais, bien évidemment, et un gros volet numérique. Les jeunes sont formés en petits groupes de 12 élèves pour que ce soit qualitatif, avec des intervenants de prestige dans l’année (Meilleurs Ouvriers de France, personnalités reconnues du métier…). Ils seront également envoyés sur des sites de production pour que leur enseignement soit complet, et qu’ils connaissent ensuite parfaitement le produit qu’ils auront à vendre et comment il a été fabriqué. »

L’instigateur du projet, Pascal Barillon, boulanger et président de la CMA de Paris.