Les Nouvelles de la Boulangerie

Préparations au Brevet de maîtrise, rentrée 2022 : des inscriptions encore possible !

La promo 2021 des boulangers affiche 85 % de réussite : bravo !

Formations phare de l’INBP, les prochaines préparations au Brevet de maîtrise commenceront début janvier. Au choix : la boulangerie ou la pâtisserie. Recrutés au niveau national, les candidats doivent faire preuve de motivation et de détermination. À entendre les anciens passés par là, « cette formation de six mois est un accélérateur de carrière et représente une expérience unique dans la vie professionnelle ». Si les cours sont appréciés pour leur qualité, comptent aussi les relations avec l’équipe pédagogique et les amitiés qui se lient durablement dans les groupes. Une alchimie parfaite qui réunit des professionnels passionnés en quête continuelle d’évolution. Questions à Denis Fatet, formateur chef boulanger et Jean-Pierre Godier, formateur chef pâtissier.Des inscriptions encore possibles !

Qu’est-ce qui caractérise la préparation BM à l’INBP ?

Denis Fatet – Cette formation de perfectionnement existe depuis 1978 en boulangerie et 1995 en pâtisserie, alors en toute modestie, on peut dire que les équipes pédagogiques même si elles ont été renouvelées depuis, savent de quoi elles parlent. Le BM a évolué dans le temps, au point d’être aujourd’hui homologué au niveau 5 qui correspond à un bac + 2. Ce titre a toujours été exigeant et requiert en conséquence une solide préparation. Rien de mieux que de s’y consacrer en continu, de s’immerger totalement dans la formation, non-stop pendant six mois. Ça peut faire peur, mais tous nos stagiaires y ont survécu ! Ce qui caractérise notre préparation, c’est la densité du programme, le rythme, le système de progression hebdomadaire,  l’organisation bien huilée et la volonté de toute l’équipe pédagogique, quelle que soit la matière enseignée, de faire progresser le groupe, sans laisser personne de côté.

Jean-Pierre Godier – La première caractéristique que je citerai, c’est le rythme de la formation, intense. Pour autant, les candidats sont très encadrés de sorte à ce qu’ils ne se sentent pas perdus. En six mois, ils doivent acquérir une vision complète du métier. Bien sûr, ce sont déjà des professionnels, mais par exemple l’examen en pratique porte non seulement sur les produits de pâtisserie, mais aussi la glacerie, la confiserie-chocolaterie, le traiteur, ainsi que les pièces artistiques en sucre et en chocolat. Le niveau d’exigence attendu au BM est élevé, mais rien n’est impossible, il faut s’accrocher.

Que mettez-vous en œuvre pour préparer au mieux les candidats au BM ?

Denis Fatet – Notre expérience en la matière joue pour beaucoup. Nous mettons tous les moyens au bénéfice des stagiaires pour les accompagner au mieux dans leur montée en compétences professionnelles, techniques et managériales.

Jean-Pierre Godier – Notre progression pédagogique est millimétrée et dès la première heure, les stagiaires sont préparés à l’examen. Maîtrise parfaite des bases, correction des gestes si nécessaire, optimisation de l’organisation de la production, renforcement des connaissances technologiques, élargissement de la culture métier, développement de la créativité, capacité d’encadrement des commis telle que cela est demandé à l’épreuve finale : certes la vague est haute mais surfable ! L’efficacité et la pertinence de nos méthodes d’enseignement sont reconnues, tant en pratique que dans les cours théoriques. Ainsi que notre passion du partage.

Peut-on encore s’inscrire à la rentrée de janvier 2022 ?

Denis Fatet  et Jean-Pierre Godier – Oui, mais ne traînez pas, contactez-nous dès maintenant. Nous sommes là pour répondre à toutes vos interrogations. Les conditions d’admission vous seront exposées dans les détails. Elles sont aussi disponibles sur notre site inbp.com. 

Préparation au BM boulanger
Préparation au BM pâtissier

Tél. 02 35 58 17 99 serviceformation@inbp.com
Débouchés variés : – chef d’entreprise – chef de production – formateur – démonstrateur.
« 2020 : une promo soudée dans un contexte exceptionnel  » souligne Jean-Pierre Godier.