Les Nouvelles de la Boulangerie

Prix au féminin

Des boulangères primées aux Oscars de l’Artisanat au féminin
Un prix régional récompense la création et la reprise de structures artisanales. C’est ainsi que Marie-Claude Arnoux de Marseille, a reçu le premier prix, catégorie « Création d’entreprise artisanale au féminin ». Fanny Fournier, boulangère dans le Var, reçoit le deuxième prix de cette même catégorie.

 

Encourager la création d’entreprises artisanales par des femmes et récompenser les artisans qui forment des femmes à des métiers traditionnellement masculins, c’est l’objectif des prix Met Fem, créés en 2007 à l’initiative des Chambres de Métiers de la région Provence Alpes Côte D’Azur, avec le soutien de la Délégation aux droits des femmes, des Banques Populaires et de la MAAF. Les lauréats 2010 ont reçu leur trophée dans les salons de la préfecture de région, à Marseille. Dans la catégorie « Création d’entreprise artisanale au féminin », le jury a récompensé deux boulangères, en distinguant Marie-Claude Arnoux, boulangère à Pertuis dans le Vaucluse (1er Prix) et Fanny Fournier, boulangère à Correns dans le Var (2e Prix). Marie-Claude Arnoux, lauréate
C’est à la préfecture de Région à Marseille, que Michel Sapin, préfet de région et des Bouches-du-Rhône, a décerné le premier prix régional de la création/reprise d’entreprises artisanales au féminin à Marie-Claude Arnoux, propriétaire de la boulangerie- pâtisserie « Le comptoir des anges » à Pertuis.
Cette jeune femme a fait son apprentissage avec son mari et son beau-père à la Bastide des Jourdans. Elle a alors passé avec succès son Brevet de Pâtisserie puis le Brevet de Maîtrise pour reprendre l’affaire familiale avec son mari.
En 1998, elle part aux États-Unis, comme manager en boulangerie-pâtisserie, où elle développe et fait la promotion des recettes françaises. C’est entre 2000 et 2004 qu’elle devient conjointe associée de la SARL Arnoux à la Tour d’Aigues, puis assistante de production à la Bastide des Jourdans. Marie-Claude Arnoux se lance alors dans la fabrication de chocolats personnalités, de calissons et de nougat à « l’art glacier » à Ansouis, avant de décider de créer son entreprise à Pertuis en 2007, « Le comptoir des anges ». Membre du conseil d’administration du Groupement professionnel des boulangers pâtissiers du Vaucluse, ce petit bout de femme a su démontrer, par son talent et son énergie que ce dur métier, qu’elle sait parfaitement maîtriser seule, était à la portée des femmes et non plus réservé à la gente masculine. La société Arnoux qui démarra à la Bastide des Jourdans voilà quatre générations, peut être fière de son nouveau chef d’entreprise, dont les prix reçus reflètent la reconnaissance d’une carrière bien menée. C’est là, la juste récompense qu’elle devait avoir.
 

Ce qu’elle en dit
Marie-Claude Arnoux, boulangère, 1er prix

Quelles ont été vos motivations pour créer une entreprise dans ce métier ?
« La passion du métier, l’envie de transmettre ce que l’on m’a appris ! Mettre à profit mon expérience… La recherche de reconnaissance dans ce métier réputé masculin et que j’exerce depuis tant d’années dans l’anonymat. J’avais envie de regrouper dans un même lieu la fabrication de pains et de pâtisserie, autour de la convivialité du salon de thé. Pouvoir assister à toutes les phases de fabrications grâce à une vitre de séparation entre l’atelier et le magasin. Les gens sont surpris et curieux de tout ce qu’ils découvrent en direct ! Et aussi… Susciter l’envie à d’autres femmes de se lancer dans un projet similaire. »