Les Nouvelles de la Boulangerie

« Qui mieux qu’un artisan pour comprendre, représenter et défendre un autre artisan ? »

Entretien avec Joël Fourny, président des Chambres de Métiers et de l’Artisanat France.

Pourquoi est-il important que les artisans se mobilisent pour les élections d’octobre prochain ?

Parce que nous les représentons et que nous défendons leurs intérêts. Les prochaines élections consulaires sont une opportunité pour les artisans d’agir et de se faire entendre. Du 1er au 14 octobre, 1,7 million d’artisans sont appelés à voter pour élire leurs représentants, qui sont eux-mêmes des artisans, et qui siégeront au sein des chambres de métiers et de l’artisanat pour les 5 prochaines années. C’est important car il y a toujours plus de défis à relever pour permettre la prise en compte des spécificités de nos entreprises. Qui mieux qu’un artisan pour comprendre, représenter et défendre un autre artisan ? Il est essentiel qu’à l’automne prochain nos collègues artisans participent nombreux à ces élections. Nous sommes leurs représentants et plus ils seront nombreux à participer à ces élections, plus nous aurons de poids dans le dialogue avec nos interlocuteurs et avec l’État.

Ce scrutin est le premier après l’entrée en application de la loi Pacte qui régionalise le réseau des CMA. Où en êtes-vous et que cela change-t-il ?

La régionalisation, c’est une transformation entamée en interne depuis de nombreuses années qui en fait une réforme majeure pour notre réseau. Concrètement, depuis le 1er janvier 2021, il n’y a plus qu’une seule CMA, soit un établissement public administratif par région.  Mais, contrairement à ce que l’on peut entendre parfois, cela ne diminue pas notre présence sur le terrain. Au contraire. Nous gardons tous les sites, au plus près de nos territoires. C’est une réforme qui vise à améliorer la capacité de notre réseau à accompagner les entreprises artisanales, les apprentis, ou encore les collectivités locales, avec le même niveau de qualité de service quel que soit le territoire. Aujourd’hui, c’est donc plus de performance et plus d’accompagnement grâce à un réseau fort de 300 points de contact.

Quel est le bilan de l’apprentissage dans l’artisanat en 2020 ?

Le bilan 2020 est extrêmement positif. Nous avons formé plus de 100 000 jeunes, soit une hausse de 4 % des effectifs. C’est le résultat d’une mobilisation sans faille des CMA et de ses CFA. CMA France a présenté plusieurs propositions, soutenues par les partenaires sociaux, pour sécuriser le parcours des apprentis, aider les entreprises à les accueillir et préparer « l’après ». Et nous avons été entendu ! Nous avons notamment obtenu des mesures d’aides financières au recrutement qui ont été prolongées jusqu’à la fin de l’année. Notre objectif aujourd’hui, c’est de faire au moins aussi bien pour la rentrée 2021. De nombreux métiers sont en tension, ils ont besoin de jeunes qualifiés et formés. Et ne l’oublions pas, les apprentis d’aujourd’hui sont les artisans de demain, l’avenir de nos métiers comme de nos entreprises.

Notre pays fait face à une crise sanitaire majeure. Quelle est l’action du réseau des CMA pour soutenir les entreprises artisanales ?

L’enjeu prioritaire des CMA depuis le début de la crise a été de préserver les entreprises artisanales en faisant en sorte qu’ils puissent bénéficier au maximum des mesures de soutien. Nous avons également formulé des propositions dans le cadre du plan de relance et participons aujourd’hui à sa mise en œuvre. Pour être efficaces, ces mesures ont besoin de relais sur le terrain. Reconnu comme « interlocuteur de premier niveau » par le Gouvernement, nous sommes aussi l’acteur du « dernier kilomètre », en contact direct avec les artisans, au plus près de la réalité des entreprises. C’est cette proximité qui nous permet d’ajuster les mesures, de faire remonter les difficultés. L’action des CMA depuis le début de la crise, c’est ainsi 3,2 millions de contacts avec les entreprises artisanales, avec une priorité donnée à celles les plus en difficultés, en proposant par exemple des solutions alternatives de vente via le numérique. Enfin les perspectives de déconfinement annoncées fin avril sont de bonnes nouvelles. Les CMA sont prêtes pour mettre en place, aux côtés des organisations professionnelles, les mesures utiles et adaptées aux besoins des entreprises artisanales pour réussir le rebond et la relance de notre économie.