Les Nouvelles de la Boulangerie

Rencontre Régionale de Poitiers, une couverture médiatique impressionnante

Les Rencontres de la Boulangerie suivent peu à peu leur chemin et suscitent l’intérêt grandissant des médias. D’autant plus que se profile à terme la mise en place de la charte qualité qui crée de nombreuses interrogations. Cela tombe plutôt bien, car c’était justement un des effets escomptés, en plus de pouvoir aller directement au contact et d’échanger avec les boulangers sur l’ensemble de l’Hexagone.

Cette 9e étape s’est déroulée à Poitiers sous l’égide d’Emmanuel Gripon, Président de la Fédération de la Boulangerie et Boulangerie‐Pâtisserie des Deux‐Sèvres et Président de la Région boulangère Nouvelle Aquitaine. Il était accompagné par les Présidents départementaux Jean-Claude Christmann (Charente), Jean-Jacques Marie (Lot-et-Garonne), Jean-Marc Larre (Pyrénées Atlantiques), Benoît Guignard (secrétaire du Bureau de la Fédération de Charente-Maritime) représentant Olivier Neveu (empêché), et Stéphane Colignon (Haute-Vienne).

De nombreux élus n’ont pu être présents, mais la Nouvelle Aquitaine bénéficie d’un régime de faveur avec une 2e Rencontre à Mont-de-Marsan le 25 novembre prochain.

Le personnel de vente

Actuellement, 7 000 postes sont à pourvoir dans ce domaine et la région Nouvelle Aquitaine connaît les mêmes problèmes que le reste du pays. Pour faire face à cette situation, la Confédération a mis en place un kit de recrutement, outil connu par 37,5% des participants. Sur le fond, les explications face à ce désamour sont plus ou moins les mêmes : « les salaires, les horaires, le travail le weekend et le manque de reconnaissance de ce métier. » Quant aux possibilités d’inverser cette tendance, les solutions sont multiples et passent par la formation ou le coaching, ou encore la mise en avant de témoignages de salarié(e)s ravi(e)s de leur parcours professionnel.

Le croissant maison

Après le recrutement, les débats se sont portés sur le croissant maison. Excellente statistique, 87,5% des boulangers les font eux-mêmes. Cette donnée reste dans la moyenne des précédentes Rencontres. En revanche, ils ne sont que 62,5% à mettre en avant cette fabrication artisanale auprès de leurs clients. Il faut dire que pour beaucoup de boulangers, il s’agit d’un geste naturel et le fait de communiquer sur ce sujet ne leur apparaît pas comme une évidence. La Confédération propose pourtant un outil spécifiquement dédié à ce thème avec l’affiche « croissant d’ARTisan » réalisée par Michal Batory. Cette dernière représente deux croissants, avec des profils humains se faisant face, posés sur une plaque de pâtisserie avec fleurage où est apposé le fameux slogan : « La France a de la chance ».

La charte qualité

C’est LE sujet du moment car elle représente une opportunité exceptionnelle pour notre profession, ce que chacun dans la salle a parfaitement compris et intégré. Sur ce dossier – sur lequel nous avons déjà largement communiqué depuis le début des Rencontres Régionales – de nouvelles informations ont été communiquées, notamment concernant son coût financier pour les artisans boulangers. Il s’élèvera à 310 € H.T. pour les adhérents en ce qui concerne le contrôle par un organisme certificateur indépendant, attestant du bon respect des engagements figurant dans la charte. Cette somme sera à acquitter tous les deux ans. À cela s’ajoutera l’achat pour environ 100 € H.T. du kit de communication destiné à se signaler auprès de la clientèle grâce à la marque déposée « Boulanger de France ». Ce dernier sera composé de deux affiches, des vitrophanies, des étiquettes à piquer… Là encore, l’accueil de ces futures mesures a été plutôt enthousiaste, chacun pressentant qu’il en va de l’avenir de la profession.

Preuve du succès croissant de ces rencontres et de l’intérêt suscité par les grands projets conduits par la Confédération, de nombreux médias – France 3, Chérie FM, ou encore La Nouvelle République du Centre Ouest pour ne citer qu’eux – ont marqué cette réunion de leur présence, offrant une large diffusion auprès du grand public et une excellente vitrine pour les artisans boulangers et leurs savoir-faire.

Texte : Loïc Corroyer