Les Nouvelles de la Boulangerie

Reportage : Les Moulins Bourgeois, une vraie histoire de famille

Depuis 2004, David et Julien sont aux commandes des moulins fondés par leur arrière-grand-père en 1895. Les Moulins Bourgeois (77) ont été successivement dirigés par leur grandpère et par leur père qui leur a transmis les rênes de l’entreprise à son tour. La 4e génération des frères Bourgeois espère défendre encore longtemps une certaine idée de la Boulangerie artisanale.

 

Dans un moulin comme le nôtre, travailler en famille, c’est un peu la formule idéale, car nous livrons à partir de 3 h du matin et nos clients sont ouverts le week-end. Autant dire que nous exerçons notre métier 24/24h et 7/7 jours » déclare Julien Bourgeois. « Être à deux, c’est un avantage, quand on s’entend bien. On peut se répartir les tâches. Julien s’occupe de l’usine et de la production, tandis que de mon côté, je gère le marketing et le contrôle qualité. En outre, nous avons chacun une activité commerciale », ajoute David. Pour les deux frères, le secret est de savoir garder ce contact étroit avec le terrain : « Nous sommes fiers de travailler avec les boulangers. Nous voulons défendre cet ascenseur social, où la réussite est uniquement le fruit du travail au sens noble du terme ». Aujourd’hui, les Moulins Bourgeois emploient 60 salariés et 15 camions de livraison sillonnent les routes d’Ile-de- France.
Le cheval de bataille des Moulins Bourgeois, depuis 10 ans, c’est la farine de Tradition française qui représente 40% du volume de production (42 000 tonnes de blé écrasé par an) avec un marketing dynamique autour de l’appellation « Reine des blés ». Cette farine « label rouge » a remporté le 1er prix de la meilleure baguette de tradition de Paris en 2009 avec Franck Tombarel, boulanger à Paris (15e). Les pains téléspéciaux ne sont pas en reste avec la « Baguette des prés » aux céréales.

Une nouvelle gamme sera présentée à Europain 2010
L’année 2010 verra naître une toute nouvelle gamme de farines de meule. L’objectif est d’inciter les clients du moulin à réaliser des produits très simples (au levain liquide) afin de gagner en « naturalité, en conservation et en croustillance… ». La présentation officielle de ces nouveaux produits se fera en mars 2010 lors du salon Europain. « En fait, notre client idéal est un artisan indépendant avec un commerce de proximité. Le modèle de société que nous défendons n’est pas celui, où il n’y aurait de la place que pour les grandes surfaces. D’ailleurs, nous refusons de travailler avec la grande distribution qui cherche à se forger une image à bon compte en choisissant des fournisseurs locaux. Nous voulons qu’il demeure des boulangeries artisanales indépendantes à la campagne et en ville ! » explique les deux frères.

Un meunier proche des boulangers
« Finalement, qu’est-ce que les boulangers attendent de nous ? » observe Julien Bourgeois « Nous voulons instituer un système vertueux sur la durée avec nos clients. Que notre équipe conserve cette vraie relation de proximité avec les boulangers, qui peuvent nous rencontrer et nous avoir au téléspéciaux phone directement, mon frère et moi, en cas de problème ». « Nous sommes suffisamment importants pour offrir de vrais services à nos clients » enchérit David. « Nous avons quatre boulangers démonstrateurs qui font un remarquable travail de formation aux moulins et chez les artisans. Nous disposons de belles enseignes avec un marketing adapté. Mais nous sommes assez petits pour que nos clients ne se sentent pas anonymes au milieu de la foule. Cela, c’est le plus important ! »

moulin_de_verdelot_b05_1257173679.jpg

 

 

Le temps suspendu du moulin de Couargis
Créé par l’arrière-grand-père de David et Julien Bourgeois, le moulin à aubes de Couargis (77), propulsé par le « petit Morin » est le berceau de l’entreprise familiale Bourgeois. La roue à aubes s’est arrêtée toutefois en 1945 pour faire place aux moulins actuels de Verdelot. L’installation (un montage Buhler, d’appareils à cylindres), qui date de 1900, est parfaitement fonctionnelle grâce au travail acharné de M. Guy Agache qui s’est passionné pour ce lieu chargé d’histoire. Aujourd’hui, le bâtiment restauré est accessible seulement pendant les journées du patrimoine et occasionnellement pour les clients du moulin. Les réglementations concernant les espaces accessibles au public sont malheureusement trop contraignantes, pour envisager une ouverture permanente.