Les Nouvelles de la Boulangerie

Soignez vos étiquettes produits

Placées devant les produits pour informer des dénominations, compositions et prix, les étiquettes (ou les petits écriteaux) sont des outils de communication à ne pas négliger. Elles aident le client à faire son choix, en un coup d’œil rapide et, par leur aspect visuel, elles contribuent à l’image de la boutique. Conseils de présentation.

De quoi parlons-nous ?
L’étiquetage se définit comme l’action d’apposer devant ou sur un produit une étiquette d’information mentionnant un nom, un prix, un poids, une composition, des allergènes… Nous aborderons ici seulement les étiquettes apposées devant les produits en vitrine et non les étiquettes collées sur les pré-emballés, qui obéissent à une réglementation spécifique et pourront faire l’objet d’un autre article.
En pâtisserie
Pour les pâtisseries, le mieux est d’indiquer la dénomination du produit,
sa composition principale (par exemple, « Religieuse café : pâte à choux, crème pâtissière au café »), les allergènes éventuels, le prix à la pièce et la mention « décongelé » (ou picto Igloo) si nécessaire. Pour un meilleur rendu visuel, il existe aujourd’hui des solutions informatiques (logiciels et petites imprimantes à étiquettes) qui permettent d’obtenir facilement de belles étiquettes, propres et nettes. Certaines créent des étiquettes sur de petites cartes noires de la taille d’une carte bancaire, élégantes et pratiques. Investir dans le bon outil vous permettra de réaliser des économies d’encre, de découpe et au final de temps. N’hésitez pas à étudier l’offre des fournisseurs et à demander conseil à vos confrères.
En chocolaterie-confiserie
Pour les confiseries, préciser la composition, mais aussi les conditions de conservation est important : à conserver au sec, à l’abri de la lumière… Des informations qui vous paraissent claires et évidentes, mais ne le sont pas nécessairement pour le consommateur. Concernant les chocolats, plusieurs cas se présentent. Soit, vous les achetez chez un fournisseur et dans ce cas, celui-ci peut vous proposer des étiquettes déjà prêtes avec tous les éléments réglementaires (composition, allergènes…) à placer devant vos plateaux ou vos boîtes de chocolats. Soit, vous fabriquez vos chocolats et vous devez alors réaliser vos propres étiquettes en mentionnant la dénomination du bonbon et ses caractéristiques. Par exemple : « Rocher noir : praliné amande noisette, couverture noire ».
En boulangerie
Pour les pains, cela semble plus simple car l’étiquetage est la plupart du temps réglementé (mention du prix, du poids) et il est possible d’utiliser les étiquettes fournies par les meuniers. Vous pouvez les glisser sur votre étal de pains ou les aimanter de façon à ce qu’elles soient mobiles. Surtout, évitez le scotch !
Pour les messages
Au-delà de l’information de base sur les produits, les étiquettes peuvent servir à communiquer un message spécifique au client. Par exemple, mettre l’accent sur une nouveauté ou un produit du jour avec une inscription du type : « aujourd’hui », « nouveau », « spécialité »… L’idée est d’interpeler le client.
L’idéal
Outre celles que nous venons de décrire ci-dessus, les étiquettes idéales seront celles dotées d’une base stable (chevalet, trépied) ou qu’on glissera dans des supports (réglettes) de façon à pouvoir les changer facilement. Plus original, vous pouvez détourner des petits cubes en plexi ou colorés (cubes pour enfants) sur lesquels vous écrirez de votre plus belle écriture.
À bannir
Veillez à bannir les étiquettes découpées dans des cartons d’entremets, et de surcroît piquées dans le produit, qui risquent d’être sources de contamination microbienne ! Enfin, bien sûr, pour l’harmonie, toutes les étiquettes devront adopter le même support, le même graphisme et la même écriture. N’oubliez pas que la signalétique contribue à l’image de votre magasin !

Source INBP