Les Nouvelles de la Boulangerie

SOS pellicules

Elles révèlent un déséquilibre du cuir chevelu à prendre en compte sans tarder… Une personne sur deux, entre 18 et 50 ans, est concernée par ce problème qui touche aussi bien les hommes que les femmes. Le phénomène n’épargne aucune nature de cheveux. Et pour compliquer l’affaire, ces petits fragments du cuir chevelu peuvent être secs ou gras, ce qui détermine le bon traitement à suivre. Pour en venir à bout, il va donc falloir se pencher dessus pour affiner leur type, afin d’adapter les bonnes solutions et éviter les récidives trop fréquentes…

Sèches ou grasses ?

Une première étape nécessaire pour gagner du temps dans le traitement. En fonction des périodes, vous pourrez tout à fait alterner les phases de pellicules sèches ou grasses. Pour les reconnaître, il faut savoir que les pellicules sèches sont fines et blanches. Elles se détachent facilement du cuir chevelu pour tomber comme de la neige aux épaules. Les pellicules grasses ont tendance à coller aux cheveux. Elles sont plus épaisses et peuvent provoquer des démangeaisons et une chute de cheveux.

Des causes et des doutes

Les raisons précises qui font que ces squames se développent chez certaines personnes et pas d’autres ne sont pas tout à fait élucidées. À l’origine du problème, un champignon, parmi lesquels le Malassezia. Il est naturellement présent sur le cuir chevelu et il cohabite avec le sébum sans poser de problème… jusqu’au moment où il se met à proliférer de manière anormale et provoque une inflammation qui va dégénérer pour favoriser la présence des pellicules.

Les facteurs aggravants

La réaction inflammatoire peut être entretenue et réactivée par des causes sur lesquelles vous pouvez agir directement. Mieux vaut donc éviter d’utiliser un shampoing trop décapant et de laver ses cheveux trop fréquemment. La pollution atmosphérique ou le stress jouent également un rôle non négligeable.

Le bon traitement

Choisir un shampoing traitant, accompagné ou non d’une lotion, est le premier bon réflexe à avoir. Rien ne sert d’attendre trop longtemps, en espérant que le phénomène se calme sans rien faire. La plupart des produits que l’on trouve dans le commerce sont très efficaces, à condition de bien les utiliser. Ils contiennent généralement un antifongique pour diminuer la prolifération des champignons, un actif apaisant pour calmer les irritations, comme le calendula ou le menthol, un kératolytique pour éliminer plus facilement les squames du cuir chevelu. Et pour les pellicules grasses, des actifs anti-séborrhéiques pour réguler la sécrétion de sébum.

En pratique

Deux shampoings sont nécessaires. Un premier où l’on prend le temps de masser le cuir chevelu pour bien faire pénétrer les principes actifs. Après un rinçage soigneux, on procède à une deuxième application où l’on va laisser un temps de pause de trois à cinq minutes, avant de rincer. Il faut compter quinze jours à trois semaines pour observer les premiers résultats. Une fois que votre cuir chevelu a retrouvé son équilibre, l’idéal est de faire un shampoing d’entretien tous les huit à quinze jours.

Les pellicules à la loupe

Les pellicules sont de petits fragments de peau, que l’on appelle également squames, qui proviennent du cuir chevelu, produisant des cellules mortes. Il faut savoir que le cuir chevelu, comme tout le reste de l’épiderme, se renouvelle dans un cycle régulier de 21 jours. Mais parfois, ce processus se dérègle et le cycle s’accélère pour ne durer que 5 à 7 jours. Les cellules ne parviennent plus à suivre la cadence de l’évacuation, provoquant ainsi des embouteillages qui vont s’accumuler en petit amas blanc.