Les Nouvelles de la Boulangerie

Sur le terrain

Regard de Fabienne Mouillet, formatrice de vente

En une trentaine d’années, Fabienne Mouillet a acquis une expérience d’exception sur le terrain. Sillonnant la France, elle dispense directement dans les entreprises son savoir technique, son enseignement pratique tout en faisant bénéficier les responsables et leurs équipes de son expertise largement reconnue. Rencontre avec une formatrice passionnée par la vente, le contact humain et les métiers de l’artisanat.

Après le premier confinement, vous aviez rapidement repris la route. Quels constats aviez-vous fait sur le terrain ?

Je suis repartie avec confiance et plaisir dans les entreprises. J’avais en tête un besoin d’ouverture qu’il me fallait partager avec nos clients et une envie de répondre à leur besoin d’aller de l’avant. J’ai été agréablement surprise par leur état d’esprit positif et réactif. Cela ne m’a pas étonnée car je connais la capacité d’adaptation des boulangers-pâtissiers et de leurs équipes de vente. Ainsi, j’ai repris les formations dans de bonnes conditions d’écoute, de partage et ce, dans un climat accueillant.

En trois décennies, quelles évolutions majeures avez-vous observé dans les commerces ?

J’évoquerais tout d’abord ce qui ne change pas, à savoir la passion des chefs d’entreprise pour leurs produits et leur volonté de progresser, de s’adapter, de gagner en qualité. On peut s’en réjouir car cela conditionne l’avenir. En revanche, selon moi, ce qui change trop lentement, c’est la qualité du dialogue entre la fabrication et la vente. La vente reste trop souvent le parent pauvre, même si on y rencontre des personnes tout autant passionnées. A contrario, parmi les changements observés en une trentaine d’années dans les boutiques, je citerais l’évolution des bonnes pratiques d’hygiène, plus de mobilité des produits dans les rayonnages, la prise de conscience de l’importance du visuel et la prise en compte de l’expérience client.

Quels conseils donnez-vous systématiquement dans les entreprises ?

Je rappelle systématiquement que la routine est un piège. Il ne s’agit pas de tout révolutionner chaque jour, mais d’apporter régulièrement du changement. Par exemple, j’invite à décliner un même produit sous des formes et des tailles différentes, à faire évoluer les mises en place tout au long de la journée pour mieux capter le regard. En un mot, il s’agit de faire bouger. J’ai bien conscience des difficultés de recrutement dans la vente en boulangerie-pâtisserie. La vente, c’est un mélange de rigueur, d’attention portée aux autres, de créativité. Du premier janvier au trente-et-un décembre, ce métier exigeant est l’affaire d’efforts constants, mais en retour il peut apporter épanouissement et satisfaction. Un message à faire passer sans modération.

Fêtes de fin d’année : 3 conseils déco de Fabienne Mouillet

– Remettre de la tradition dans cette période mouvementée : Cela rassure. Ainsi déclinez les couleurs classiques des fêtes de Noël : le blanc qui renvoie à la pureté et le rouge qu’on aime pour sa flamboyance et son incarnation de la passion.

– Exploiter la brillance et la transparence qui apportent une note hivernale chic : Utilisez dans cet esprit, des objets que l’on trouve facilement dans des boutiques de déco, à des prix raisonnables, comme les glaçons plus vrais que nature ou autres accessoires diamant. Une simple recherche sur Internet vous y conduira.

– Soigner les contenants : Le consommateur s’attache tout autant au contenu qu’au contenant. C’est encore plus vrai pendant les fêtes où l’on s’échange de plus en plus de cadeaux gourmands. Prenez bien le temps d’analyser vos besoins, de vous assurer de la cohérence de vos contenants. Ils parleront aussi de vous, de votre sensibilité aux questions environnementales et de l’identité de votre entreprise. En vente, tout a du sens.

Info sur les formations en vente directement en entreprise

Service relation client : 02 35 58 17 81

servicerelationclient@inbp.com