Les Nouvelles de la Boulangerie

Un boulanger taiwanais amoureux du pain français

Wu Pao Chun est un professionnel bien connu des boulangers français pour avoir remporté le Master de la Boulangerie en 2010 au salon Europain. Mais peu de gens savent que M. Wu est devenu une « star » dans son pays et qu’il vit une véritable success-story à la taiwanaise.

 

« J’ai un attachement très particulier pour la boulangerie. Pour moi, le pain s’apparente à une oeuvre artistique plus qu’à une nourriture » déclare M. Wu. Depuis la médiatisation de sa victoire au Master de la boulangerie en 2010, les ventes du boulanger devenu star ont explosé. Sa boulangerie située à Kaohsiung dans le sud de l’île emploie aujourd’hui plus de 60 personnes, pour un chiffre d’affaires supérieur à 5 millions d’euros. Le destin n’avait pourtant guère favorisé M. Wu au début de sa vie. Issu d’une famille extrêmement pauvre de 8 enfants et orphelin de père très tôt, le jeune Wu a appris à lire pendant son service militaire. Après son apprentissage dans une boulangerie de Taipei, sa soif d’apprendre qui ne s’éteindra plus le pousse à partir au Japon pour se former davantage. En 2008, il fait partie de l’équipe de Taiwan qui se classe deuxième à la Coupe du Monde de la boulangerie et il remporte le Master de la boulangerie en 2010 au salon « Europain », avec son fameux « pain aux litchis ». Depuis, M. Wu est un ambassadeur du pain à la française auprès des 23 millions d’habitants de son île et les taiwanais traditionnellement consommateurs de pain de mie se convertissent peu à peu à la baguette de tradition. M. Wu en vend près de 500 par jour et ses pains aux litchis ou aux longanes s’arrachent avant même de refroidir. À ce niveau, Wu Pao Chun a peu de concurrence dans son pays, ce qui ne lui enlève en rien l’envie de toujours avancer. « Mon seul rival, c’est moi-même. Je sais que si je veux encore progresser, je dois explorer de nouvelles pistes. J’ai le projet d’ouvrir une école de boulangerie à Taiwan pour transmettre la culture du pain » sourit le boulanger.

Frédéric Vielcanet

M. Wu vend 500 baguettes de tradition par jour