Les Nouvelles de la Boulangerie

Voyage alsacien dans l’imaginaire des céréales

Dans le but annoncé de redorer le blason des céréales, six professionnels des grains alsaciens ont livré au TNS confessions, anecdotes et souvenirs gourmands liés à leur métier. Une traversée en mode stand-up, portée par « Passions Céréales » et titrée : « Voyage dans l’imaginaire des céréales ».

Prendre 150 grammes de parmesan, écraser 150 grammes de pain rassis façon chapelure et ajouter 3 œufs. Mélanger et modeler de petites boulettes. Les faire frire dans de l’huile d’olive bien chaude… Bienvenue dans l’imaginaire des céréales. Éric Roux, journaliste, animateur de la soirée et friand de baisure (croûte moelleuse lorsque deux pains se touchent lors de la cuisson), entame ainsi ce voyage gourmand. L’eau à la bouche, le public suit et (re)découvre la folle épopée –oubliée dans un monde du tout-prêt– des petits grains de blé, d’orge ou de maïs depuis le champ jusqu’à l’assiette. Ou le verre.

Six professionnels sur scène

Sur scène, au service de cette aventure qui façonne le caractère et l’architecture, six professionnels qui découvrent l’exercice « pas facile » du stand-up. Alexandre Burtard, co-fondateur de la Manufacture du Patrimoine, évoque l’histoire des Grands Moulins de Strasbourg, puis, dans le rôle du « boulanger de service », Francis Maurer, président de la corporation des boulangers de Strasbourg souligne « les dangers » de ce métier de passion : « Étudiant, je m’arrêtais tous les jours chez mon boulanger pour un croissant. Un jour, j’ai choisi sa fille ». Guillaume Scheer, chef exécutif du restaurant gastronomique 1741 livre un précieux aperçu de textures et saveurs, ensuite, Laurent Bayart, écrivain-cycliste, dresse une chronique gourmande entre blé et chambre à air. Eric Trossat, brasseur à Uberach et président des Brasseurs d’Alsace, rappelle que les graines « ça se boit », car, la bière « c’est du pain liquide ». Sans oublier le whisky. Deux bouquets d’orge à la main, Christian Schneider, agriculteur et délégué Passion Céréales en Alsace, conclut – avant la dégustation finale – avec la conviction de « produire avec du sens » et rappelle que son « bonheur » est « d’être dans le pré ».

(Source : DNA – Edition du 03.06.2016)

Crédit photo : DNA Michel Frison