Les Nouvelles de la Boulangerie

Vu ou entendu…sur le vif !

Ecoutez ce que répond votre personnel de vente et restez critique. La qualité de vos produits comme celle de l’accueil réservé à la clientèle doivent être à la hauteur de vos ambitions et de la réputation que vous voulez conserver ou construire.

Un boulanger pâtissier qui avait choisi de fabriquer des galettes au beurre arborait en boutique des petits panonceaux : « Galettes pur beurre ». Jusque-là tout est parfait. J’appris, à l’occasion d’une conversation avec lui, qu’il utilisait un beurre AOC.

Pourquoi n’en faisait-il pas mention ? Ne pensez-vous pas que les consommateurs attachés à la qualité des ingrédients soient insensibles à l’utilisation de ce produit authentique ?

 

 

Une autre fois, dans un autre établissement, j’achetais une belle baguette dont je sentis la chaleur au travers du sachet qui la protégeait. Sur cet emballage, de nombreuses explications concernant le professionnalisme de l’artisan et la fabrication du produit, notamment le fait que la pâte était faite « sur poolish ».

Bel effort de communication. Mais croyez-vous que le client sache ce qu’est une poolish ? Et, s’il lui venait à l’idée de demander à sa vendeuse préférée, saurait-elle répondre ?

 

 

Faisant la queue dans une boulangerie parisienne, je me trouvais derrière un petit groupe de touristes canadiens. L’un d’eux demanda une baguette. De tradition ? lui demanda-t-on. France, pays de traditions, allons-y pour la tradition. Ayant plutôt regardé vers les longues baguettes à sandwiches, le client tiqua sur le prix. Pourquoi est-elle plus chère ? demanda-t-il. « Parce que c’est pas la même farine », lui répondit la vendeuse, sur un ton qui ne donnait pas envie de poursuivre la conversation.

Voilà de l’argumentation ou je ne m’y connais pas. Quant à savoir si la réponse à un client français aurait été différente, je ne mettrai pas ma main à couper. Consternant !

 

 

« Z’auriez pas la monnaie, par hasard ? ». Entendu, non pas dans le film « La guerre des boutons », mais dans une boulangerie de quartier d’une grande ville de province, il n’y a pas si longtemps.

Je trouve que cela mérite de se faire « tirer les oreilles ».